Loading...
FranceMade In Hérault

Curiosités Héraultaises #EnFranceAussi

Nous sommes le 1er août, et à l’heure où vous ouvrez cet article, je suis quelque part dans les environs de Fajã Grande, sur l’île de Flores, rêvant d’une vie au bout du monde… mais, bout du monde, ou pas, c’est aussi le jour du rendez-vous #EnFranceAussi, organisé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs ; et Açores ou pas Açores, il me faut être au rendez-vous ! Et, ce mois-ci, c’est Plume du blog Expérience en Famille, qui nous propose le thème « Curiosités ».

Ce thème, très large, m’a causé bien du soucis… je l’ai tourné dans tous les sens avant de me lancer. Sachez juste que vous êtes passés à côté d’un temple bouddhiste (qui s’est avéré être trop bizarre pour en parler ici), d’un champ qui a l’allure d’un soleil vert (mais Jac m’a persuadé que ce n’était absolument pas intéressant), et d’une autobiographie romancée (avouez, que cela aurait piqué votre curiosité !!).

Une fois toutes les idées triées et ajustées, j’ai décidé de vous présenter 7 curiosités héraultaises rencontrées au hasard de nos balades.

Pourquoi 7 ? Les vrais savent… 

1/Jeux d’eau

En 1601, la ville d’Agde organise un tournoi de joutes en l’honneur d’Henri II de Montmorency. C’est le premier tournoi connu ici ; mais on sait que les agathois comptaient déjà de nombreux jouteurs bien avant cette date. Aujourd’hui encore, les joutes sont encore bien vivantes dans la vie du littoral héraultais. Que ce soit à Agde, Sète ou Frontignan, les joutes rythment les beaux jours.

Je fais partie de ces gens un peu étroits pour lesquelles « Tradition » rime avec « Super Boring »… Oui, je sais, ça ne rime pas, mais vous avez compris : je voyais les joutes comme un truc super ennuyeux que l’on continue à pratiquer pour faire plaisir à Papi.

Heureusement, ma fille et ma mère sont un peu plus larges d’esprit que moi, et m’ont traîné au bord de l’Hérault un beau dimanche de printemps.

Je n’ai pas compris toutes les subtilités des joutes… mais le but est assez simple : mettre son adversaire à l’eau ! J’avoue qu’on se prend vite au jeu, d’autant plus que la musique est omniprésente, elle donne la cadence aux rameurs, et rend la manifestation particulièrement joyeuse.


2/Tombe avec vue sur mer

Il y a peu de temps, j’ai rencontré une autre blogueuse héraultaise, Lucie, du blog L’Occhio di Lucie. Sètoise de son état, Lucie m’a offert une visite guidée de sa ville… et une ruelle nous entraînant dans une autre, nous sommes arrivées au cimetière. Mais pas n’importe lequel… Ici, le cimetière porte le nom de cimetière marin, et pour cause, les tombes ont vue sur mer…

Si le site est exceptionnel, de par son emplacement, il est rentré dans l’Histoire grâce à Paul Valery qui y repose, et qui a dédié quelques vers à ce lieu dans le poème éponyme, Le Cimetière Marin :

Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
Ô récompense après une pensée
Qu’un long regard sur le calme des dieux !

Quelques années plus tard, Georges Brassens y fait référence dans sa Supplique pou être enterré à la plage de Sète

Déférence gardée envers Paul Valéry
Moi l’humble troubadour sur lui je renchéris
Le bon maître me le pardonne
Et qu’au moins si ses vers valent mieux que les miens
Mon cimetière soit plus marin que le sien
N’en déplaise aux autochtones

cimetière marin de Sète
Depuis la tombe de Paul Valery…

Si la tombe de Paul Valery a une vue imprenable sur la mer, Georges Brassens est enterré de l’autre côté de ville, au cimetière Le Py, près des rives de l’étang de Thau… on pourrait hurler au scandale, penser que ses descendants n’ont pas respecté sa volonté… mais en 1969, Brassens confie à Léo Ferré et Jacques Brel : « … je m’en fous d’être enterré à la plage de Sète, ça m’est complètement égal. J’ai fait ça pour m’amuser, pour aller aux bains de mer… »

Même mes plus grands poètes ne sont pas toujours sérieux !


3/Surprises dans les gorges de l’Hérault

Faire du canoë dans les gorges de l’Hérault. Voilà une activité que tout bon héraultais doit pratiquer chaque été. Aussi, sommes-nous partis à l’assaut de la rivière il y a quelques jours… jusque là, rien de bien curieux…

Mais notre descente nous a offert quelques surprises, en plus de quelques rapides trop rapides !

La première fut cette carcasse de voiture… en effet, aucune route ne se trouvant à proximité, nous n’avons pas compris immédiatement comment elle avait pu échouer ici. Mais c’était sans penser aux crues de l’Hérault qui peuvent faire monter le niveau de la rivière de 5 à 6 mètres et entraîner avec elles de nombreuses choses… et même une voiture !

voiture échouée dans les gorges de l'Hérault

Quelques kilomètres après cette épave, c’est sur un bar les pieds dans l’eau que nous sommes tombés ! Mais ici, la crue n’y est pour rien 🙂

Un jeune homme a eu l’idée d’installer un canobar, à l’ombre des oliviers… Envie d’une bière fraîche, d’un thé à la menthe maison, ou même d’un massage les pieds dans l’eau ? C’est possible !

Entre deux séances de yoga et quelques commandes, le gérant nous explique qu’il doit pagayer 1 h chaque matin (et chaque soir) pour arriver jusqu’ici, le canoë plein de rafraîchissements ! Il ajoute en riant qu’il préfère ramer pour venir bosser que voir sa vie défiler entre deux métros… on le comprend !!

Cano bar dans les Gorges de L'Hérault


4/Les portes héraultaises

Vous êtes fétichistes des portes ? Vous êtes au bon endroit ! L’Hérault regorge de petites merveilles à faire pâlir les vendeurs de Lapeyre !

Que ce soit dans les ruelles noires d’Agde, les ruelles blanches de Pézenas, ou à l’ombre des lourdes pierres de Saint-Guilhem-le-Désert… les portes se font toujours plus belles, plus surprenantes, plus mystérieuses …

De quoi attiser la curiosité de la #TeamPortesEtFenêtres ! 🙂


5/La nature fait son cirque

Imaginez un lieu où des géants sortent de terre et où le soleil frappe plus fort que jamais… et vous voilà dans le cirque de Mourèze : 340 hectares de nature ciselés par les siècles et le ciel. Un paysage ruiniforme constitué de gigantesques rochers dolomitiques.

« Les dolomies sont un mélange de carbonate de chaux et de carbonate de magnésium. L’érosion chimique de l’eau s’exercera de manière très irrégulière sur les carbonates donnant ainsi ces formes si particulières… » Extrait du livret signalétique de Mourèze — Office de Tourisme du Clermontais.

Il existe plusieurs randonnées pour explorer le cirque de Mourèze, de la plus facile d’une heure, à la plus ardue de 4 h… chaque marcheur y trouvera donc son bonheur. De notre côté, nous avons commencé la rando principale de 7 km mais nous avons fait demi-tour au bout de 3,5 km pour aller chercher un raccourci… au final, nous avons marché 5 km, et vu la chaleur, c’était bien suffisant !!

A l’entrée du site, un curiosité vous attend, et non des moindres : une passerelle suspendue entre 2 rochers, à 28 m de hauteur, vous accueille. Appelée passerelle des Courtinals, elle a été reconstituée par des archéologues. En effet, le site archéologique des Courtinals, à l’entrée du cirque de Mourèze, fut habité de l’époque néolithique jusque dans les années 70. Les chercheurs pensent que cette passerelle servait de poste de surveillance à l’époque gauloise.

Passerelle des Courtinals
Passerelle des Courtinals

6/Quand l’ermitage cache l’olivier

Ce printemps, nous avons fait plusieurs randonnées « faciles » pour nous remettre en forme après l’hiver (des fois que porter 113 cartons ne nous aurait pas suffit !). Une de nos balades nous a conduit à Castelnau-de-Guers, sur le chemin de l’Ermitage Saint-Antoine. Le sentier chemine entre vignes, thym et romarin sauvage… encore une fois, la marche se fait olfactive pour notre plus grand bonheur…

sur le sentier de Castelnau-de-guers

Rapidement, on croise l’ermitage bien entendu qui a accueilli de nombreux anachorètes… le plus célèbre étant un flamand, Louis Deschan, qui, après un duel mortel, vint s’y réfugier, histoire de se faire oublier ! (Une autre version dit que l’homme tué durant le duel était un bon ami de Louis, et ce dernier serait arrivé à l’ermitage rongé par les remords… mais n’ayant enquêté, je n’ai pas connaissance de la véritable histoire ; et j’ai dans l’idée, que ça vous intéresse pas plus que ça… mais vous avez tord, c’est ce genre d’histoire qui fait l’Histoire… si si j’vous jure !!)

Mais oublions Louis… Car ce qui a retenu l’attention de tout le monde durant cette marche, c’est un olivier. Oui, un olivier. Arbre méditerranéen par excellence, arrivé sur le littoral héraultais durant la conquête de l’Empire romain, les oliviers sont aujourd’hui partout autour de nous… mais parfois, on en croise un plus beau, plus majestueux que les autres, une sorte de roi de la garrigue…

Cet arbre, seul au milieu de vignes abandonnées, a fait notre randonnée ! Vous me direz « il ne vous en faut pas beaucoup »… ce n’est pas faux. Mais j’aime ces moments où la nature nous surprend.


7/Coucher de soleil sur bunker

Je vous le dis tout de suite, ce dernier titre est mensonger. Je n’ai pas de photo de sunset sur un bunker… mais dans l’idée, le soleil se couche bien sur les bunkers de la Tamarissière.

La plage de la Tamarissière, sur le territoire de la ville d’Agde, comptait une centaine de bunkers pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, il en reste encore une trentaine, dont un, l’infirmerie, qui se visite le week-end grâce à l’association Agde-Histoire 39-45. Un sentier permet de longer la mer, et d’en découvrir plusieurs, tagués, abandonnés aux éléments, ancrés là pour l’éternité, comme un souvenir de nos maux les plus terribles.

La plage de la Tamarissière se situe à l’embouchure de l’Hérault, aussi est-elle délimitée par un phare… qui fait face à un autre phare, celui du Grau d’Agde. Et c’est là que le soir nous aimons traîner nos guêtres pour voir le soleil se coucher sur la Tamarissière et sur les bunkers au loin… même si on ne les voit pas, nous savons qu’ils sont là, à attendre que le monde s’éteigne pour quelques heures.

Pour plus de clarté une carte ! (et si vous « dézoomez » tous les autres points cités plus haut apparaîtront comme par magie…. magiiiiie !!)



 

Et voilà « le spectacle du soleil », comme l’appelle ma fille.

Je ne sais pas si toutes ces choses peuvent être considérées comme des « Curiosités », mais chez moi, en tout cas, elles l’éveillent… ma curiosité. Quatre mois que nous vivons ici, et il ne passe pas une semaine sans qu’on se félicite de notre choix. L’Hérault, c’est l’endroit où l’on doit être… quand on n’est pas aux Açores ! 

 

Curiosités héraultaises par Fish & Child(ren) #EnFranceAussi

N. B. Article non sponsorisé par le Département ! 



Le guide du mois

Comme chaque mois, vous pouvez gagner un guide, grâce à notre partenaire Gallimard, en nous rejoignant sur la page Facebook En France Aussi, et en commentant le post dédié au concours. Pour ce mois d’août, nous vous proposons de remporter le guide Paris Secret

Paris Secret- Gallimard

 


Cet article participe au rendez-vous #EnFranceAussi

Aimer c'est partager !

38 comments
  1. Sabrina

    T’inquiètes toutes ces découvertes éveillent aussi la notre de curiosité. Deuxième cimetière que je découvre grâce à ce thème (cf celui de Cécile) et deuxième coup de cœur. Dans le trou mais avec vue sur la mer j’aime cette idée.
    Je me souviens de cette passerelle suspendue, quel truc de fou. Sublime article comme toujours, merci Mitchka.

    Tu te doutes que j’attends l’autobiographie romancée hein…

    1. mitchka

      hahah… je travaille sur mon autobiographie romancée mais je ne sais pas encore comment amener mon aventure avec Georges Clooney sur les rives sur lac de côme :p

  2. Curiosity Escapes

    Je suis complètement fan du concept de canobar. D’ailleurs il devrait pousser le concept encore plus loin et ouvrir un drive de canoë.

  3. Alex

    Un énorme coup de coeur pour les portes anciennes, je trouve ça tellement beau. Oh, et cette voiture au milieu de la nature, c’est rigolo. Joli article qui me donne envie de visiter plus en détail ce bout de France 🙂

    1. mitchka

      merci pour ton commentaire. Oui, ces portes, je ne m’en lasse pas, je les adore, j’ai plusieurs giga portes à présent dans mon disque dur !

  4. karine lemonnier

    Tout à fait inspirée, déchainée par le sujet !!! magnifique le canobar, et le bel olivier…(et celui qui prend la photo)…. l’air des Açores donnent des ailes !!

    1. mitchka

      non non c’est l’air de l’Hérault … j’ai écris ça avant de partir : je suis à présent une blogueuse hyper organisée 😉 Merci de ton message en tout cas !

  5. el3a

    Il est super cool ce billet, en tout cas, j’adore découvrir « tes » curiosités !
    Pour avoir vécu quelques temps à Montpellier / Nîmes, je reconnais quelques coins que j’avais visité dans les environs, mais j’arrête pas de me dire que j’en avais pas profité assez !

    J’avais beaucoup aimé le cimetière marin de Sète (et la ville en elle-même avec ses œuvres de street art un peu partout)

    Fétichistes des portes ? Ouii ! 🙂

    Et comme les autres, j’adoore le concept du canobar, mais quel boulot de rêve !!

    En tout cas, c’est super de voir que la région vous emballe autant, et qu’il y a plein de choses à découvrir, les photos sont superbes !

    1. mitchka

      Ce n’est pas facile je trouve de découvrir sa propre région… on s’enferme vite dans le quotidien, entre le boulot, l’école, et le supermarché ! et quand on est en vacances on a tous tendance à partir plutôt que de rester ici à se balader. EnFranceAussi est un bon prétexte pour moi/nous de faire des efforts 🙂

  6. Itinera Magica

    Il est génial cet article ! bon, le temple zarbi, le soleil vert et ta vie secrète, ça m’intéressait aussi, mais là je me suis régalée !
    Gros coup de coeur : le CANOBAR ! où on peut faire du kayakayakayak ça y est je ne pense plus qu’à ça, j’y vais à mes prochaines vacances. Oh oui je suis à fond.
    Autre coup de coeur : le cirque de Mourèze ! ça me rappelle mon sublime séjour en Aveyron !
    J’adore !

  7. Mathilde

    Je ne connais que le Cirque de Mourèze parmi ces curiosités. D’ailleurs je me demande bien comment j’ai pu passer à côté de la passerelle vertigineuse… Mais bon je suis pas du genre ultra observatrice et je serais capable de rater un éléphant dans un magasin de porcelaine ^^

  8. sylvierandos

    Bravo pour toutes ces curiosités ! Une mention spéciale pour le canobar, les portes, et l’olivier (moi aussi il m’en faut peu pour me contenter et faire mon bonheur d’un jour…)… Quant à une randonnée dans le cirque de Mourèze, j’adorerais : j’ai d’ailleurs épinglé une photo pour mettre dans ma To Do List sur Pinterest, car ce serait une belle occasion de découvrir cette région que je ne connais pas du tout encore. Merci pour toutes ces découvertes !

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)