Loading...
Celles, village abandonné au bord du lac du Salagou - Hérault
FranceHistoire etc.Made In Hérault

Celle(s) qui relève la tête

Celles, village abandonné au bord du lac du Salagou - Hérault

En ce premier décembre, le rendez-vous #EnFranceAussi organisé avec brio par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs, vous emmène prendre un grand bol d’air à la campagne avec le thème « Bucolique », choisi par Pierre du blog Mon Grand Est.

Vous parler verdure et pâquerettes, alors nous grelotons tous sous notre plaid, est un petit défi, non sans charme, que j’avais envie de relever, et ce malgré le ciel lourd et pluvieux qui s’est abattu sur nous ces dernières semaines. #RendezNousLeSoleil

Il y a dans l’arrière-pays de l’Hérault de très belles campagnes, qui recèlent de jolis trésors, comme la manufacture de Villeneuvette ou les ruines de Montcalmès… mais parmi tous ces lieux, il y en a un plus couru que les autres : le lac du Salagou. Si Jac y va souvent pêcher, je n’y avais pas encore mis les pieds, et cet article fut une excuse parfaite pour décréter une sortie familiale obligatoire… sous un ciel noir comme les enfers (malheureusement) !

Quand l’Atlantide rate son naufrage

Le lac du Salagou est un plan d’eau artificiel qui a vu le jour lors de la construction du barrage éponyme, dans les années 60. L’idée : créer une retenue d’eau pour irriguer les terres agricoles, et du même coup, réguler les crues du Salagou, qui pouvaient alors être particulièrement violentes.

Les 700 hectares du lac du Salagou ont noyé une partie des territoires de Clermont-l’Hérault, Liausson, Octon, et aurait dû couler le village de Celles. Et c’est dans ce lieu à l’histoire folle que j’ai décidé de vous emmener pour une balade bucolique, historique, politique et sociétale (rien que ça !!)…

Celles, c’est l’histoire d’une noyade ratée. Quand la construction du barrage est établie, le département rachète et exproprie les habitants de ce petit village qui compte une cinquantaine d’habitants. Les prévisions annoncent que le lac montera 150 m d’altitude. Celles est à 143 m.

Bon gré, mal gré, les villageois quittent leurs terres petit à petit… certains attendront le dernier moment. Mais devant l’étendue d’eau qui se forme devant chez eux et monte un peu plus chaque jour, ils finissent par partir, non sans s’être battus jusqu’au bout.

Nous sommes au début des années 1970, l’eau est alors à 139 m. Et elle ne montera plus.

Celles ne sera jamais engloutie !

Mais le Département est déjà propriétaire des maisons, les habitants ne pourront pas revenir.

Alors, il arrive ce qu’il arrive toujours : les maisons sont pillées, squattées, démontées pierre par pierre parfois…

Mais les anciens habitants, puis leurs enfants, vont se battre pour faire en sorte que Celles garde son statut de commune dans l’espoir que celle-ci revive un jour.

Ils vont entretenir ce qui leur appartient toujours : l’église, la mairie, l’école, les logements de la maîtresse et du curé. Ils vont restaurer la place du village, et mettre en place des évènements pour la période estivale.

En 1996 « Le Conseil Général de l’Hérault fixe définitivement la cote maximale des eaux du lac à 139 m, libérant ainsi officiellement Celles d’une menace de submersion entretenue depuis 30 ans. » (source : Commune de Celles)

C’est alors que commence un nouveau combat : redonner vie au village.

Celles qui créent l’avenir

Un projet de réhabilitation, porté par un Conseil Municipal entièrement composé de femmes (le seul de France !), est en cours. Car, si les cellois(es) souhaitent une 2e vie pour leur village, ils ne veulent pas faire n’importe quoi.

Leur ambition : faire de Celles, non pas un musée, mais un exemple en matière d’écoconstruction, d’habitat collectif, et de solidarité. Le principe est simple : 1 maison – 1 famille – (au moins) 1 emploi. Mais pour éviter la spéculation foncière, les logements ne sont ouverts qu’à 3 types d’occupation : le prêt à usage, le logement participatif, et le logement social.

Si le Conseil Municipal n’est pas à la recherche d’un profil type, et étudie toutes les candidatures, le chargé de mission de la commune explique rejeter systématiquement les projets touristiques : ces derniers ne permettant pas de mettre en place une activité tout au long de l’année.

Sur la centaine de projets étudiés, seuls sept ont été aujourd’hui présélectionnés (dont celui d’un descendant d’un ancien habitant), et correspondent réellement à la philosophie du projet. Car, l’avenir de Celles n’est pas écrit, il doit être rêvé, imaginé, bâti par, et avec, ses futurs habitants.

Je vous invite à lire ce dossier passionnant sur le projet de rénovation de la ville : Celles, un idéal de vie.

Lors de notre visite, nous avons un guide de choix : un joli matou que Joujou a regretté devoir laisser sur ses terres. Et c’est avec beaucoup d’émotions que nous avons découvert le lieu à ses côtés.

chat dans Celles, village abandonné au bord du lac du Salagou - Hérault

Celles jouit naturellement d’une situation exceptionnelle au bord du lac, et dégage un charme bucolique envoûtant… C’est le lieu idéal pour se balader, pique-niquer et pêcher. D’ailleurs, lors de notre venue, nous avons croisé quelques carpistes, et notre pêcheur n’a pas pu résister à l’envie de faire voler ses mouches au-dessus du plan d’eau.

Pour suivre l’actualité de Celles :

et si vous rêvez d’une vie différente, vous pouvez découvrir le projet de la commune sur leur site internet.

J’espère dans un futur proche vous reparler de ce lieu hors du commun, et vous raconter comment il s’est reconstruit.

Un grand merci au chargé de mission de la commune qui a pris le temps de répondre à mes questions.

17 comments
    1. mitchka

      Bonjour !! merci pour ton commentaire 🙂 Tu n’habites pas très loin de Celles, non ?
      c’est vrai qu’il me tarde de voir renaître les premières habitations … c’est un projet incroyable …

  1. Martine Barbier

    C’est vrai qu’ils parlent de réhabiliter le village, ce serait une bonne chose aussi de le voir renaître de ses cendres. Le cadre est de plus magnifique. Habitant pas loin, à 2 h de route, nous y allons très souvent au printemps en camping car. Merci Mitchka cela me rappelle de bons souvenirs !

  2. Mart'In Trip

    Ça me rappelle un peu l’histoire de Savines-le-lac par chez nous qui a lui ètait submergé lors de la création du barrage de Serres-ponçon. C’est le genre d’histoire et de lieu qui me donne envie de déménager pour reconstruire et redonner vie au village. Merci pour cette jolie découverte.

  3. Sophie

    Je connais juste de nom le lac du salagou mais je ne connaissais pas du tout cette histoire! On dirait d’ailleurs une légende! Mais non, l’histoire est bien réelle et j’espère que bientôt…..

  4. Paule-Elise

    Excellent ! Une très belle histoire, et on a envie de connaitre la suite. Comme un goût d’utopie dans la renaissance de ce lieu, le genre d’histoire qui donne de l’espoir par les temps qui courent. Merci !

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec nunc elit. dolor. libero fringilla ut ut dictum ipsum felis felis