Loading...
paysage sur Sao Miguel
Portugal

Sao Miguel, du nord au sud, d’est en ouest

paysage sur Sao Miguel

Février 2017, une femme dit à son mari : « on devrait aller aux Açores ».

25 Juillet 2017 : Un couple et deux enfants errent dans l’aéroport de Lisbonne.

Notre voyage aux Açores : Jour 0

Quand nous avons pris nos billets d’avion, nous avons choisi les correspondances les plus invraisemblables dans l’unique but de faire baisser le prix de nos billets d’avion … et non parce que nous adorons zoner dans les aéroports comme des âmes en peine. Je me souviens d’avoir prononcé cette phrase magique : « c’est sûr, ça sera une bonne journée de merde gâchée, mais on le sait, ça ira ». Et vous savez quoi ? Ce fut effectivement une bonne journée de merde gâchée.

6h entre deux avions, ce n’est pas assez pour sortir tranquillement faire un tour, et c’est (beaucoup) trop pour que cela n’altère pas votre santé mentale.

Durant ces 6h j’ai remis en cause ma capacité à voyager, mon envie de découvrir le monde, mon envie de partir en vacances, j’ai voulu rentrer chez moi, j’ai voulu abandonner ma famille et prendre un vol au hasard, ma famille a voulu m’abandonner, Joujou nous a demandé 15 fois quand est-ce nous rentrions à la maison, Jac a acheté assez de magazines pour relancer l’économie de la presse au Portugal (et dans le monde), et Nounou a dessiné frénétiquement pendant 6h dans l’espoir fou de disparaître dans son monde imaginaire.

Naturellement, notre avion fut en retard. Un avion en retard c’est pénible. Un avion en retard à 21h après 6h d’attente interminable, ça relève de la torture psychologique. Au moment d’embarquer, nous n’étions plus vraiment nous-mêmes, et nous n’avions plus franchement envie d’arriver aux Açores.

Mais, maintenant que nous étions là, on n’allait pas revenir sur nos pas. Lisbonne – Agde, ça ne se fait pas comme ça non plus.

Les passagers n’étaient pas tous installés que les filles dormaient déjà comme des bienheureuses. J’aime cette capacité qu’ont mes filles de pouvoir se mettre en veille quand elles trouvent que la situation est vraiment inintéressante.

Deux heures plus tard, nous arrivions à Ponta Delgada. Nos valises furent les dernières à sortir, aussi, nous furent les derniers à quitter l’aéroport, et donc les derniers au bout de la file d’attente pour prendre un taxi.

G1ft3d gif lol television meme GIF

Ayant mis 2 jours à comprendre qu’il y avait un décalage horaire de 2h entre la France et les Açores (True Story), je ne sais pas vraiment à quelle heure nous sommes arrivés dans notre logement… je dirais entre 1h et 3h du matin.

À la vue de la lumière allumée sur le perron de notre appartement, je fus envahie d’une joie immense ; si j’avais vu Georges Clooney, je n’aurais pas été plus heureuse. Et comme un bonheur (oui, une lumière allumée peut être considérée comme un bonheur, pensez à tous ces gens qui n’ont pas l’électricité, bordel!) n’arrive jamais seul, nous avons été accueillis par l’homme le plus souriant de Sao Miguel, peut-être même des Açores : Mario.

En plus d’être très sympathique, Mario nous avait fait des courses pour le petit déjeuner : pain, beurre, lait, café, thé … j’en aurais pleuré de bonheur !

Dans la nuit, j’ai envoyé une requête au Pape pour que cet homme soit canonisé.

Jour 1

Le lendemain nous n’avons rien fait si ce n’est engloutir avec plaisir notre petit déjeuner açorien. Nous avons consacré la journée à chercher un magasin de pêche, visiter brièvement Ponta Delgada, et nous remettre de notre voyage (la meilleure décision que nous ayons prise depuis notre départ d’Agde).

Jour 2

Ce n’est donc que le jeudi que nous avons récupéré la voiture, et que nous sommes partis sous la pluie à la découverte de Sao Miguel.

Je ne me plaindrais pas de la pluie, parce que celui qui part aux Açores sait que la météo n’y est pas forcément clémente. Et je peux vous le confirmer ! Afin d’éviter un maximum d’averse, j’ai contrôlé de façon frénétique les caméras de Spot Azores toute la journée, et c’est ainsi que nous sommes (presque) passés entre les gouttes … et que nous avons (presque) fait le tour de l’île.

Durant cette journée, nous avons découvert les miradouros hyper aménagés, la passion des açoriens pour les barbecues, des plantations de thé, le gâteau à l’ananas (ou à la noix de coco, je ne me souviens plus), les routes bordées d’hortensias, les caldeiras de Furnas, etc. Ce jour-là, nous avons découvert les Açores, et nous en sommes tombés amoureux.

Ce mini road-trip nous a permis d’admirer toute la richesse des paysages açoriens, et je vous promets qu’à certains moments, Jac et moi frôlions l’hystérie ! Et, ce que nous ne savions pas, c’est que nous n’avions encore rien vu !

Jour 3 – façon Jac

Le jour suivant, Jac n’a pas voulu écouter les webcams, qui pourtant nous montraient bien que Sete Cidades était dans la brume totale, mais son intuition … et il nous a mené tout droit dans la brouillasse !

Sete Cidades dans la brume - Sao Miguel (Açores)
Merci pour l’intuition de fou mon Chéri 🙂

Il existe également une photo de moi dépitée au milieu de la route embrumée, mais elle est classée Secret Défense. Mais imaginez une jeune femme, bien sous tous rapports, ayant envie de tuer son mari dans une Clio roulant 5 km/h tant la visibilité est pourrie. Vous avez imaginé, c’est bon ?

Alors, passons à la suite.

Jour 3 – façon Mitchka

Après avoir perdu 2h de notre vie à chercher comment voir Sete Cidades dans le brouillard, nous sommes rentrés dans notre logis afin d’apaiser les esprits.

L’après-midi, j’ai donc décidé de reprendre les choses en main et de suivre les webcams. Le ciel semblait bien dégagé sur Furnas, c’est donc là que nous nous sommes rendus. Sur le chemin, alors que nous nous arrêtions pour vérifier que nous avions bien nos maillots avec nous (détail que nous avons choisi de vérifier après avoir dit à nos filles que nous allions nous baigner!), Gretel et Gretel ont aperçu une balançoire.
C’en était fini de nous. Nous devions aller faire de la balançoire.

Mais c’est ainsi que nous avons découvert la réserve forestière de Cerrado Bezerros. Je pense que le terme de parc floral serait plus approprié, mais je ne vais pas chercher à discuter avec les Portugais sur la définition de la réserve forestière. En bref, c’est un lieu aménagé (avec encore un certain nombre de barbecues), très joliment entretenu, où la végétation est luxuriante.

Trente-six tours de balançoire plus tard, nous avons repris le chemin de Furnas pour nous rendre aux bains de Terra Nostra.

Encore un lieu sublime.

L’Histoire de ce parc (à lire dans son intégralité ici ) remonte au XIXe siècle ; le Vicomte de Praia rachète le domaine, qui appartient alors à un américain, et fait construire une vaste demeure devant le bassin déjà existant, tout en agrandissant le jardin de 2 hectares afin que sa femme puisse satisfaire ses envies de jardinage. Le résultat est exceptionnel. On déambule dans un magnifique parc, entre sources chaudes, et sources fraîches, à l’ombre d’arbres venant du monde entier. Cerise sur le gâteau : se baigner dans une eau à 34°C. Si au début c’est un peu désagréable de rentrer dans ce bain si chaud, par la suite, c’est juste affreux ! D’autant plus que ce jour là, le soleil tapait assez fort sur Furnas, j’ai cru que nous allions bouillir !!

Et je passe sur nos maillots qui sont restés orange-marron-crado durant tout notre séjour et qui ont fini à la poubelle !

À noter : l’entrée de Terra Nostra est payante ( 6€ par adulte), mais rien que le jardin botanique les vaut !

Après cette douce balade, nous avons pris un peu de hauteur pour voir à quoi ressemblait Furnas vu du ciel (ou presque). Cette vallée n’est autre que le cratère d’un volcan (endormi depuis un bon moment) de 7 km de diamètre abritant des centaines de sources …

Lac de Furnas sur Sao Miguel (Açores)
Lac de Furnas depuis le miradouro du pic de Ferro
Furnas depuis le Pic de Ferro
Village de Furnas et, au fond, les caldeiras fumantes vues la veille

Le soleil commençait à décliner, mais nous n’avions pas envie de rentrer, nous voulions encore profiter un peu de cette île qui abrite tant de curiosités.

C’est ainsi que nous avons décidé de finir la journée à Ribeira Grande. Encore une excellente décision sans vouloir me vanter !

Vous avouerez que lorsque je prends les choses en main, ça claque un peu plus ?!!

Jour 4 – la dernière chance

Ce matin-là, Jac est parti pêcher en mer … et les filles s’étant découvert une passion pour les dessins animés portugais, nous l’avons attendu sagement. Mais moi, je rongeais mon frein, nous allions partir le lendemain sans avoir vu Sete Cidades. Je ne pouvais me résoudre à considérer l’essai de la veille comme un acte accompli.

Aussi, quand Jac est rentré vers 13h30, nous nous sommes dépêchés de remonter en voiture : les webcams affichaient enfin un grand ciel bleu (avec quelques nuages bien sûr) !

paysage sur Sao Miguel

Nous n’avions que peu de temps devant nous puisque nous devions rendre la voiture à 18h30, mais nous avons tout de même décidé de déguster cette dernière après-midi. Nous avons donc mis de côté Sete Cidades quelques heures pour nous dégourdir les jambes sur un chemin de randonnée à proximité.

Encore une excellente idée : que de coups de génie durant ces vacances !!

À la fin de notre marche, il était 17h, nous avons alors rejoint tranquillement le lagoa Canario, et surtout son miradouro de folie !!!

Je remercierai jamais assez les nuages de s’être écartés ce jour-là.

Jour 5

C’est la tête pleine de ces incroyables paysages que nous avons pris l’avion en direction de Flores, où de nouvelles aventures (heureuses et d’autres bien pénibles) nous attendaient …

To be continued …



Quelques points sur la carte pour vous repérer …

 

Aimer c'est partager !

25 comments
  1. Lucie - L'occhio di Lucie

    J’ai réellement prononcé à voix hautes et à plusieurs reprises un OLALA bien appuyé à la lecture de cet article. J’ai aussi rigolé grâce à Gretel et Gretel. J’adore <3

  2. Curiosity Escapes

    Oui trop marrant, vous avez mangé plusieurs fois Gretel et Gretel durant ce séjour. On le voit même pas sur les photos que le temps n’était pas de la partie. Les couleurs sont toujours spectaculaires. Tu devrais sérieusement kiffer l’islande après ce voyage.

    1. mitchka

      Oh sur la première journée il y a quelques photos bien sombres, mais c’est vrai que j’ai beaucoup trié pour faire ressortir principalement les éclaircies : je me dois de vendre un peu de rêve ^^ Et autour de Sete Cidades le dernier jour, on a une chance de dingue, peu de nuage, une luminosité exceptionnelle : le bonheur quoi 🙂

    1. mitchka

      c’est très humide, ça on ne peut pas le nier. D’ailleurs je remarque que lorsque les gens me disent « Oh mais nous on a eu beau temps aux Açores », je vois très régulièrement sur les photos que les ciel est gris … je crois que je n’ai la même définition du beau temps que les autres ^^ Un grand ciel bleu c’est assez rare, mais quand ça arrive, c’est extraordinaire !

  3. Itinera Magica

    En vrac :
    Mario a-t-il été canonisé ?
    Ah la brume des Açores où tu vois même pas le lac, je connais, je me souviens.
    Les hortensias sont toujours aussi sexy, je les adore.
    Le jardin de Furnas avec ses mares de boue, je l’adooore, il est sublime.
    J’ai envie de revenir aux Açores. J’adore.

  4. Sabrina

    Enfin je trouve le temps de te lire. Y a pas, version Jac VS version Mitchka 1-0 pour Mitttttchka ! Faut toujours écouter sa p’tite femme. C’était immersion totale dans un environnement de toute beauté. Une amie me parlait des Açores mais je ne réalisais pas à quel point elle a adoré. En te lisant je comprends.

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)