Loading...
Les Explorateurs de Porquerolles par Fish & Child(ren)
France

Les explorateurs de l’île de Porquerolles

Les Explorateurs de Porquerolles par Fish & Child(ren)

Mes filles sont des lève-(très)tôt … mais bien sûr, ce vendredi-là, elles flemmardaient au lit. Je m’agitais devant le regard moqueur de Monsieur Mon Mari, mais c’est que je ne voulais pas rater le bateau de 9h … nous avions rendez-vous avec l’île de Porquerolles.

J’ai pressé tout le monde, je me suis un peu agacée, j’ai même un peu râlé (un peu), mais nous avons embarqué sur la navette de 9h. Il faut savoir malmener les troupes pour les faire avancer :p

vagues formées par le bateau sur la mer

Nous sommes partis de la Tour Fondue sous un ciel chargé, mais les nuages se dispersaient déjà quand nous sommes arrivés sur l’île. Aussi, notre journée s’éclairait-elle … Enfin, pas immédiatement. D’abord il a fallu gérer Joujou qui n’avait pas voulu prendre son Doudou, mais qui, à présent, le réclamait à corps et à cris ; et Nounou, qui avait décidé qu’elle ne marcherait pas aujourd’hui … un comportement qui n’est pas forcément compatible avec une journée de rando !

Jac et moi, résolus à passer une merveilleuse journée, avons proposé à Nounou d’être notre éclaireur, et à Joujou de monter dans le porte-bébé … ça ne ferait pas venir Doudou, mais au moins on avancerait.

Promue chef de gang, Nounou a retourné son chapeau pour le mettre en mode « explorateur », et nous a ouvert le chemin le cœur joyeux (c’est un métier parent).

Nous nous étions fixé comme objectif la plage noire du Langoustier, la carte que nous avions annonçait 1h15 de marche, et nous savions qu’il y avait là bas un restaurant … cela nous paraissait donc LE lieu parfait à atteindre dans la matinée.

Seulement voilà, c’était sans compter sur notre fabuleux sens de la décision impromptue.

En sortant du village, nous avons rapidement croisé un panneau « Langoustier par les crêtes ». Ni une, ni deux, nous avons pris le chemin. Des cyclistes ont voulu s’engouffrer sur le sentier en même temps que nous, mais ont vite renoncé. Le chemin des crêtes est un sentier de randonnée, en aucun cas adapté à des vélos.

Qui dit chemin des crêtes, dit crêtes … et donc chemin un peu raide. Aussi, les 17 kilos de Joujou se sont-ils transformés en peu de temps en 856 kilos et des brouettes … en pleine montée, j’ai dû me résoudre à mettre bébé à terre … pour qu’elle soit mieux récupérée par son père.

Mais, c’est bien connu, après l’effort, le réconfort ! Et le nôtre est venu des points de vue offerts par notre ascension(oui ASCENSION, n’ayons pas peur des mots!!)

En redescendant Joujou a bien voulu marcher, et Nounou a continué d’ouvrir le chemin telle la digne fille d’Indiana Jones qu’elle n’est pas. Nous n’avons pas croisé grand monde, peut-être un ou deux couples tout au plus. Il faut dire que les marcheurs semblent minoritaires sur l’île. Ils sont nombreux à préférer le vélo pour découvrir Porquerolles … ce que je comprends, les chemins (pas celui-ci, mais les « autres ») sont complètement adaptés pour ce mode de déplacement et permettent sûrement d’avoir un plus grand aperçu de l’île. Pour notre part, nous avions hésité un instant, mais nous ne regrettons pas notre choix : « les deux pattes par terre, c’est vraiment ce que je préfère » (extrait de l’ouvrage « le Loup qui voulait plus marcher »), et ça résume bien notre façon de penser. De plus, n’ayant à la maison qu’un vélo pour 4 (ce qui déjà en dit beaucoup !), nous sommes si peu habitués au mouvement du pédalier que nos jambes se seraient sûrement paralysées au 2e kilomètre.

La descente s’est faite tranquillement, après quoi nous avons rejoint une piste plus large sur presque 3 kilomètres, et lorsque nous avons vu le panneau « Restaurant à 700 mètres », j’ai cru que Jac allait lâcher une larme de bonheur 🙂

Ce paradis c’est le Mas des Langoustiers … c’est mignon tout plein ; en arrivant, nous avons eu la sensation de rentrer dans une oasis.

Il est midi pétante, on est transpirant et plein de poussière, on a soif, chaud, faim … mais ils ne servent qu’à partir de 12h30 … ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? (Toute ressemblance avec un texte de Corneille, l’écrivain pas le chanteur, est fortuite) …

En attendant l’heure de la soupe, nous sommes allés tremper nos pieds épuisés dans l’eau transparente de la plage noire. Un vrai moment de bonheur. Après 3h de marche, on serait restés là plus d’un million d’années et toujours en été (toute ressemblance avec une chanson de Nino ferrer est fortuite … aussi).

À 12h30, et pas un quart de seconde de plus, nous étions sur la terrasse du Bistronomique. Oui, il faut savoir que le Mas des Langoustiers compte un hôtel 4*, un restaurant gastronomique, et un bistronomique … pour des raisons qui nous sont propres (à savoir que nous ne croulons pas sous les lingots d’or), nous avons opté pour ce dernier. Et ce fut très bien.

Nous avons été merveilleusement accueillis (et ce, malgré notre dégaine – et notre odeur), et nous avons merveilleusement bien mangé ! Au point que nous avons pris nos assiettes en photo … chose que l’on ne fait jamais !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon les photos ne sont pas tops… mais on n’est pas des blogueurs food !!

Les serveurs ont été adorables avec les filles, et se sont même embêtés à leur faire préparer une assiette spéciale « enfants qui n’aiment rien ». Nounou, de son côté, a bu 8 litres d’eau, juste pour vérifier si la serveuse venait lui remplir son verre à chaque fois qu’elle le vidait. Naturellement, à chaque fois, la serveuse est venue, et Nounou était épatée !! Je n’imagine pas le cirque qu’elle aurait fait au gastronomique !

Avant de partir, un jeune homme fort aimable nous a indiqué qu’une navette partait gratuitement du Mas pour se rendre au village toutes les heures. Une bonne chose à savoir. (La navette part tous les « 30 » : 12h30/13h30:14h30, etc. …)

Repus et réhydratés, nous avons repris le chemin de la plage. Nous avions remarqué une plagette un peu plus loin, et Jac avait grand espoir de l’atteindre non pas en passant par la grande plage, mais en suivant le chemin : il était sur de lui, le sentier y menait.

Ce qui n’était pas faux… mais il y menait en faisant le tour de la pointe du Langoustier !

C’est donc après 20 ou 25 minutes de marche en plein soleil que nous avons atteint notre plagette …

Certes nous avons marché, mais quand nous sommes arrivés la plage(tte) était vide, juste un couple d’Italiens un peu loin, lovés dans les rochers. C’était parfait. J’ai préparé les filles pour la baignade, Jac s’est changé, et ils sont partis se baigner (enfin)… j’ai voulu à mon tour me changer, mais bien entendu, c’est à ce moment précis que les Italiens ont ressenti un trop-plein de solitude dans leurs rochers, et sont venus s’installer à 1m de nous ! [petit bonhomme blasé] … moi j’étais là pénarde les fesses à l’air [re petit bonhomme blasé], et Jac se bidonnait dans l’eau [petit bonhomme carrément grincheux].

De rage, j’ai enfilé mon maillot et je suis partie faire des photos plus loin !

Nous n’avons pas vraiment vu le temps passer sur notre banc de cailloux, et ce n’est qu’à 17h que nous avons envisagé de retourner au village. Mais n’ayant pas envie de refaire tout le tour, j’ai entrepris d’ouvrir le chemin. Cinq minutes après, nous étions devant le Mas. (j’dis ça, j’dis rien…)

Nous étions si enthousiastes après notre pause plagette, que nous n’avons pas voulu attendre la navette et sommes partis à pied, cette fois, en prenant par la côte. Même si nous avons eu la sensation de passer sous une douche à certains moments, tant nous transpirions sang et eau, nous ne regrettons pas, certains points de vue étaient sublimes …

Bon la vérité, c’est que Joujou tire la gueule sur cette photo, donc j’ai préféré la masquer pour éviter les commentaires du genre « mais que fait-elle à sa fille ? »  » Elle la malmène dans un porte-bébé sur 8km », etc., etc. … Par contre, vous remarquerez que moi, je garde le sourire…et ce malgré mon regard qui dit « J’ai envie de mourir ».

Au final, nous avons marché 10km (et quelques brouettes) ce jour-là, un exploit pour Nounou … qui encore aujourd’hui s’en vante dès qu’elle trouve une oreille attentive 🙂

Nous avons retrouvé l’animation du port doucement, nous avons pris le temps de manger une glace avant de reprendre le bateau, et puis nous avons rejoint nos pénates de l’autre côté de la baie.

Le soir, nous avions prévu d’aller à l’observatoire du Pic des Fées, mais les filles se sont endormies trop vite (et nous aussi d’ailleurs!) pour pouvoir l’envisager sérieusement !


Sur la carte, notre balade donne ça …

(10,4 km exactement)


Conclusion

Nous avons adoré notre journée sur Porquerolles, au point que nous avons hésité à y retourner le lendemain ! Mais d’autres aventures nous attendaient, aussi serons-nous obligés de revenir 🙂

L’info en +

Nous n’avons pas eu l’occasion de le faire, mais nous aurions adoré découvrir l’île accompagnés de Marie d‘Une Tortue en Rando ; en effet, elle propose un circuit adapté aux familles (et même aux poussettes!!) qui permet d’en apprendre plus sur l’Histoire de Porquerolles, sa faune et sa flore …


Les Explorateurs de Porquerolles par Fish & Child(ren)



Rappel : Ce séjour a été organisé en partenariat avec l’Office de Tourisme de Hyères, toutefois, je tiens à préciser que nous avons nous-mêmes payé notre Bistronomique … je préfère le souligner afin d’éviter tout malentendu et laisser entendre qu’on se fait offrir des bistronomiques à tire-larigot !!

Aimer c'est partager !

11 comments
  1. Itinera Magica

    Ah je me régale ! il y a quelques années, j’ai passé un WE au Mas du Langoustier et j’ai fait tout ce que tu racontes, randos éprouvantes, plages de toute beauté, resto magnifique sous les pins (je crois que je suis même allée au gastronomique, parce que je suis une snob tu comprends :p), c’était merveilleux, j’adore revivre tout ça en te lisant, je me régale, j’adore ton humour et ta tronche illuminée à la fin de la rando, on dirait quelqu’un qui a vu Jésus sur le chemin de Saint Jacques 😉 enfin c’est plutôt Saint Jac là vu tout ce qu’il a charrié sur son dos ! ouais t’as vu j’ai un humour EXTRAORDINAIRE.
    Bonne journée 😉

    1. mitchka

      hahaha !! je pense que si nous avions été seuls nous nous serions laissés tenter par le Gastronomique… mais avec les fille, c’est un peu donné du lard aux cochons ^^ Mais on s’est promis que pour nos « 20 ans » on y retournerait en amoureux … plus que 4 ans à patienter 🙂

  2. Lili

    Je ne connaissais pas le concept de plagette 😉 Dis donc tu es super bronzée, ça te donne très bonne mine le Suuuudddd ! Et oui je comprends les larmes de Jac, Vincent en a versé quelques-unes en Corse ! Enfin, le resto avait l’air vraiment succulent et quel joli lieu ! Je me garde ça sous le coude (cqfd Pinterest !) Tchô

  3. Sabrina

    Un vélo pour 4 ah nan mais je suis écroulée de rire…et en plus des 4 passagers il y a combien de bagages,
    Sinon je voulais te dire que tu me nargues sévère avec tes petits coins de paradis. Oh punaise si je n’avais pas déjà réservé Marseille et Nîmes cet été, on y débarquait à l’île de Porquerolles
    J’aime beaucoup ce nom, la Tour Fondue.
    Bronzée ou pas c’est vrai que tu as bonne mine.

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)