Loading...
Italie

Le jour parfait

15 jours que nous sommes rentrés. 15 jours et la valise n’est toujours pas complètement défaite (défaire la valise c’est un petit peu mourir… non ? ) … en même temps, cette dernière a eu l’idée saugrenue de venir s’échouer au pied de notre lit… et c’est bien le dernier endroit de la maison où je passe du temps. Bref, 15 jours que nous sommes rentrés, et pas mal de photos postées ici et là, mais toujours pas plus de deux lignes écrites d’affilée. Et là vous vous dites : « C’est quoi cette feignasse ? » « Qu’est ce qu’elle branle fait depuis 15 jours à nous faire poireauter comme des homards attendant l’ébullition de leur jacuzzi ? »

Et bien, je réfléchissais au comment du pourquoi de la chose et à la manière dont je devais présenter notre voyage transeuropéen.

C’est bien comme terme « transeuropéen » … hein ? Tout de suite on change de sphère. On n’est plus dans  « le voyage de maman », mais dans l’exploration des continents inconnus … Non ? Non … Bon tant pis.

Le problème (si c’est un problème) avec ce voyage c’est qu’il n’a ni queue ni tête. En dehors de notre démarche de faire et d’aller où bon nous semble (je ne suis d’ailleurs pas certaine que l’on puisse inscrire cette volonté dans une réelle démarche raisonnée… mais passons), il n’a pas vraiment d’unité, et on peut facilement le découper en quatre ou cinq morceaux, mélanger tout ça, tirer un bout au hasard, ça ne changera rien au cours de l’Histoire. Est-ce que vous me suivez ? Non … Bon tant pis.

Bref, notre voyage a donc commencé par une escale à Agde, et c’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de Vérone.

Ça, vous ne l’aviez pas vu venir, avouez ?? ( sauf si vous aviez lu le permalien … mais on va partir de l’idée que vous ne l’aviez pas lu, ok ? )

Pourquoi commencer par Vérone ? Et bien parce que j’ai la sensation que c’est à Vérone que le voyage a réellement commencé. Quand nous sommes arrivés chez Roméo & Juliette, cela faisait déjà 9 jours que nous étions en balade. Nous débarquions de Sardaigne où nous avions passé la semaine à aller à la plage, nous perdre, manger des pizzas, nous perdre, marcher, visiter, nous perdre, re -aller à la plage, remanger des pizzas, et re nous perdre. Et si ce programme n’était pas déplaisant (bien qu’il m’a amené à prendre 1,5 kilos), j’avoue qu’il était un peu lassant pour moi (même si, on en reparlera, nous avons fait des découvertes magnifiques)… parce qu’en fait je n’aime pas la plage. Comprenez bien, j’adore la mer, mais dès que je m’assois dans la sable, je m’ennuie et je n’ai qu’une envie : partir en courant … chose qui est impossible puisqu’il faut l’avouer il n’y a que Pamela Anderson qui sache courir dignement dans le sable.

De plus, Jac et les filles m’ayant traînée à la plage 2 fois par jour pendant 6 jours, en quittant la Sardaigne j’étais comme un homard sortant d’un jacuzzi : j’avais changé de couleur . Et moi, pour le coup, j’étais bicolore. Malgré les couches de crème multiples, ce qui devait arriver arriva, j’ai bronzé. Mais vitiligo segmentaire sur le visage oblige, je n’ai bronzé que d’un côté. Je suis, à présent, un Yin et un Yang humain, ou, un Danone vanille/chocolat sur pattes : vous choisirez la métaphore qui vous plait le plus. Et vu que mon traiteur italien (oui, j’ai un traiteur italien … j’suis comme ça) m’a demandé l’autre jour comment j’avais fait pour bronzer que d’un côté, je suppose que ça se voit.

Il faut rajouter à ça que Jac étant particulièrement tendu à cause de son travail, il a mis une bonne semaine à lâcher prise, et que les filles ont mis une bonne semaine à se faire à l’idée qu’on allait leur coller aux fesses pendant un mois.

C’est donc pour toutes ces raisons que j’ai la sensation que notre arrivée à Vérone a coïncidé avec le vrai début du voyage : celui que l’on vit sans penser à demain.

thats-all-folks-3

Vous avez vu ce visuel de feu que je vous ai sorti … La classe, non ?

Il était 11h pétante quand nous avons garé la voiture.

Un tour à la pharmacie pour soigner Joujou ( qui s’était éclatée le genou, la veille, sur un parking brûlant juste avant de monter dans le ferry ), et nous voilà tout guillerets dans la belle Vérone.

Parce que, qu’on se le dise, Vérone est belle. Coincée entre la bruyante (et pas terrible) ville de Milan, et la trop célèbre Sérénissime, Vérone est souvent oubliée par les voyageurs qui ne voient en elle que le drame shakespearien. Et pourtant. Chaque recoin y est magique, chaque fenêtre délicieuse, chaque rue plus douce et colorée que la précédente … bon ce dernier point est un peu exagéré … mais vous avez saisi l’idée !

Si je devais vivre en Italie, je vivrais à Vérone, c’est sûr.

Il est de notoriété publique que les villes italiennes ont la particularité d’être de véritables musées à ciel ouvert, et Vérone n’échappe pas à la règle. Il suffit de faire quelques pas pour avoir le plaisir d’observer des bâtiments de l’Antiquité, de l’époque médiévale et de la Renaissance… le tout dans un état de préservation assez extraordinaire.

Mais cessons les bavardages, traversons ensemble l’Adige par le Ponte Vecchio et découvrons les mystères de la belle Véronaise.

La Piazza delle Erbe

(que nous n’avons pas trouvé grâce aux indications de Nounou!)

 

Il suffit de passer un porche discret sur la piazza delle Erbe pour arriver sur la piazza dei Signori où trône un Dante en pleine réflexion …

Encore un porche et nous voilà dans la cour du Palais du « Mercato Vecchio » dominé par la Tour des Lamberti.

En s’éloignant de la Piazza delle Erbe, l’ambiance se fait plus silencieuse, mais les rues sont toujours aussi belles …

p1120128g

p1120126h

C’est au rythme du soleil que nous avons achevé notre balade … (et en retournant vers la Piazza Bra, la place des arènes)

Mais n’allez pas imaginer que nous avons quitté Vérone sans aller saluer Juliette … la pauvre Juliette toujours autant pelotée par les touristes cherchant fortune …

 

p1120074
Vous pouvez apercevoir ici Jac soulevant Nounou pour qu’elle puisse prendre une photo « sans touriste » !

Un dernier coup d’oeil, Jac me presse il faut trouver un resto …

p1120138h

Ce soir-là, nous avons dîné en terrasse dans la Via Dietro Listone, au Restaurant Liston, nous avons très bien mangé pour pas trop cher (52€ à 4 si ma mémoire est bonne). Nous avions comme voisins de table un couple d’Anglais tout à fait charmant avec lesquels nous avons discuté un long moment : il était originaire d’Écosse, elle des USA, du Colorado, je crois. Nous avons discuté de Vérone, de l’Italie, des différentes façons dont on disait « bonbon » en anglais et en américain, de la politique, des attentats, de la vie… une conversation aussi inattendue qu’agréable.

Glaces et tiramisu engloutis, nous avons salué nos nouveaux amis anglais et nous avons repris tranquillement le chemin du B&B, de l’autre côté de l’Adige.

Ce fut une fin de soirée douce et paisible qui venait clôturer une journée parfaite ; une de ces journées comme il est important de les souligner, une de celles où tout le monde baigne dans le bien-être, où aucun enfant ne râle pour rien, où aucun parent n’élève la voix pour rien … une de ces journées assez rares pour en faire un jour férié ! 🙂

Le lendemain, nous nous sommes levés tranquillement sans la moindre idée de l’endroit où nous allions. La météo prévoyait deux nuits et une journée d’orage, nos premiers jours de camping slovènes prenaient donc la forme de pétards mouillés …

To be Continued ...

Parenthèse « On s’en fout » de Fin :

A Vérone, Jac m’a obligé à jeter mon tee-shirt préféré parce qu’il puait trop (apparemment …), un tee-shirt floqué « Walk The Line » que j’avais acheté en clin d’œil à Johnny Cash que j’adore …

p1010819
Ici, mon tee-shirt et moi sur les rives du Diamond Lake dans l’Oregon (c’était le bon temps)

Alors voilà, je sais que vous vous en tapez le culito par terre, mais en hommage à mon tee-shirt, je vous laisse avec Johnny Cash 🙂

Aimer c'est partager !

10 comments
  1. Sabrina

    Paisible! Voilà ce que se dégage de tes photos sauf celle de Juliette on est d’accord. . Ça donne envie d’y être tout de suite là maintenant.
    Mais dis moi un t-shirt qui pue ça arrive, suffit de le laver, pourquoi le jeter ?

    1. mitchka

      non, ça suffisait plus de le laver … trop de lavage tue le tissus et il puait avant même que je le mette, du coup je transpirais comme un goret dedans (faut l’avouer) donc c’était franchement immonde 🙂

  2. Chacha Aventurière

    Pour le tee shirt … vu qu’un blog c’est que des photos, l’odeur on s’en fou un peu …c’est con parce qu’il était joli !
    Merci merci merci pour cette balade, super belle.
    C’est toujours un plaisir de voyager avec ta tribu I love it !!!
    kiss kiss

  3. Lucie - L'occhio di Lucie

    Mammamiaaaaa che città :O
    Je n’en reviens pas. Je savais que cette ville était belle et je n’avais jamais trop regardé d’images pour ne pas me faire râler. Là je m’extasie littéralement, c’est fouuuuu !!!
    Sinon les anecdotes sur Nounou et les touristes me rappellent quand j’étais enfant et que j’avais très peur, en vacances, « d’avoir l’air d’une touriste ». Je demandais à mes copines de ne pas crier et de marcher d’un air détaché, comme si on connaissait déjà la ville, quelle relou

    1. mitchka

      Toi ici ??! Quel plaisir de te recevoir dans mon minuscule petit morceau de web 🙂
      Je suis bien contente si je t’ai donné envie ! Vérone est une merveilleuse ville, et je suis sûre qu’elle ferait ton bonheur 🙂

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)