Loading...
lac de Côme depuis Lecco
Italie

Expédition mère-filles sur le Lac de Côme – part.1

lac de Côme depuis Lecco

Il fut décidé dans l’hiver que les vacances de printemps verrait Fish & Child se scinder en deux : Daddy irait pêcher en Aragon pendant que j’amènerais les filles sur le Lac de Côme voir ma famille. Une division pas franchement très égale et un putain de challenge pour moi (mais que j’avais très envie de relever!) : au delà du fait qu’il fallait prendre l’avion, il allait falloir qu’on aille au resto « en face à face à face », que j’essaye de me laver tous les matins, que j’essaye de les laver de temps en temps, et surtout il allait falloir qu’on essaye de dormir toutes les nuits. Rien de fou sur le papier, mais il y a dans cette liste de nombreuses choses qui ne sont pas toujours accomplies au quotidien !

Joujou, 11 mois et des brouettes, n’avait pas encore fait le voyage (elle n’avait d’ailleurs jamais pris l’avion) jusqu’à Lecco, contrairement à Nounou qui accomplissait là son troisième pèlerinage.

Au début, très optimiste, j’avais décidé de ne pas prendre de bagage en soute, puis quand j’ai mis dans une première valise tous les petits cadeaux que j’avais acheté pour mes nièces, neveux, cousin(e)s, je me suis aperçue qu’il ne me restait plus qu’une valise et demi pour nos affaires… j’ai tassé. Y’avait pas moyen que je lâche 40€ de bagage pour 4 nuits de voyage. Les valises débordées, un peu…beaucoup en fait mais je continuais de tasser. Puis j’ai compté sur mes petits doigts : deux valises de 10 kilos chacune, la poussette, deux enfants… deux bras.

Toooo !

J’ai lâché 40€, 36.50 en fait, et j’ai pris une valise en soute.

Daddy nous a déposé à l’aéroport de Bordeaux mercredi midi, notre avion était à l’heure, valise et poussette enregistrées, nous avons passé la sécurité sans nous presser ; un plan sans accroc comme aurait dit le grand philosophe Hannibal Smith. Mon seul soucis fut de persuader Julia que ce n’était vraiment pas une bonne idée de marcher à quatre pattes dans un aéroport, et je remercie l’inventeur du gel antibactérien de poche qui nous a sûrement évité d’arriver en Italie avec le peste bubonique.

Nous avons donc embarqué.

Moi quand je voyage, j’essaye de voyager confortable vous voyez, je ne m’habille pas (ni moi ni mes enfants) comme si la reine d’Angleterre m’attendait à la descente de l’avion… mais il y a n’a si, vous savez ce sont ces « blonds » dont Gad Elmaleh parle dans son sketch. Et juste avant d’embarquer, un couple est arrivé avec un bébé. Deux gravures de mode, Ken et Barbie, et Skipper en nouveau né. Barbie, maquillée comme une voiture volée, moulée dans un leggings simili cuir, était perchée, sans mentir, sur des talons aiguilles d’au moins 10cm, Ken avait tellement mis de gel que même s’il avait voyagé sur l’aile de l’avion sa coiffure n’aurait pas bougé. Et leur Skipper de 6 mois était habillée comme si elle allait à la messe, tout de blanc immaculé (moi je n’ai jamais réussi à garder un enfant propre, surtout en blanc, plus de dix minutes). Autant vous dire que je les ai détesté tout de suite. Au bout de quelques secondes, Joujou a commencé à faire des risettes à leur fille, et là… Barbie lui a dit : « Regardes, t’as un petit copain ».

Un petit copain !!!!!!!!! Ohh bordel, ma fille a un an, elle ressemble pas du TOUT à un garçon, alors d’accord elle n’a pas sortie sa robe à voilette pour prendre l’avion mais de là à la traiter de garçon………………………ohhh !! sors-toi les faux cils, pouffiasse, et ouvres les yeux !!!

Bon bien sûr, je ne suis pas allée jusque là. Je lui ai juste dit « une copine, elle n’a pas sorti sa robe ». Elle a fait un gloussement, comme seules les Barbies savent le faire, en s’excusant. J’ai alors prié pour qu’un de ses talons ripe et vienne s’enfoncer dans sa gorge. Mais bien sûr, je n’obtiens jamais rien de Dieu !!

Bref, voilà pour l’embarquement.

L’avion était complet, nous avons donc voyagé avec un jeune homme charmant qui a laissé sa place, près du hublot, à Nounou…et il a pour ça ma reconnaissance éternelle. Bien qu’il fallut occuper Joujou tout le temps pour ne pas qu’elle perde patience, le vol s’est bien passé, aucun dégât ni crise n’était à déplorer à atterrissage.

Je ne parle même pas de Nounou, qui a été adorable du début jusqu’à la fin de ce voyage. Ma fille aînée souffre d’un symptôme, que j’ai nommé symptôme Isabella Bird du nom de cette exploratrice britannique du XIXe siècle qui souffrait de tous les maux du monde quand elle était chez elle, et pétait le feu quand elle était en voyage. Nounou, c’est pareil : elle râle quasiment en continu à la maison, elle se plaint d’être épuisée dès qu’elle enchaîne une dizaine de pas, et dès qu’elle est en vadrouille, elle se transforme en une enfant dynamique, curieuse, téméraire…etc. C’est le symptôme Isabella Bird.

IMG_6917

Mon frère est venu nous chercher à Malpensa, et une heure plus tard nous étions à Lecco. Quel plaisir de retrouver le lac. Nous avons déposé nos affaires au b&b que j’avais réservé, non sans mal, quelques semaines plus tôt. Je n’avais jamais rien réservé pour mes filles et moi, Daddy est généralement de la partie, et là quel casse-tête. Les moteurs de recherche de site hôtelier, comme booking ou expédia, ne prévoient pas une configuration comme celle là, à savoir 1 adulte, 2 enfants, donc tous les tarifs que je trouvais étaient pour 2 adultes 2 enfants, ou au mieux 2 adultes 1 enfant. J’ai donc listé tous les b&b qui me semblaient en capacité de nous accueillir et j’ai envoyé des demandes par mail. Pourquoi que les b&b ? Parce que je pense qu’ils sont plus à même de pouvoir adapter leurs tarifs que les hôtels. Deux b&b m’ont répondu, et m’ont proposé le même, j’ai donc simplement choisi celui qui était le mieux situé. Et ainsi j’ai économisé 20€ par nuit par rapport aux propositions de booking et des autres sites du genre… Notre b&b, c’était celui-ci  http://www.solosonno.it/, en plein centre de Lecco, à un jet de pierre du lac et d’une aire de jeux pour enfant. Il y a une cuisine à disposition, ce qui est bien pratique quand on voyage avec des petits, il est très propre et les hôtes sont très discrets. Le petit déjeuner était un peu léger, ce qui ne m’a pas vraiment étonné car j’ai souvent eu l’occasion de remarquer que les italiens ne portaient pas une grande attention au petit déjeuner. Par contre, en prévision de notre arrivée, il y avait six bouteilles de lait dans le frigo et j’ai trouvé ça charmant comme attention.

En fin d’après midi, nous avons retrouvé la famille de mon frère, Nounou et Joujou ont pu (re)faire connaissance avec leurs cousines et leur cousin autour d’une pizza !

Et notre première journée entre filles s’est arrêtée là.

Pour cette première nuit, j’ai réussi à faire dormir Joujou dans le lit parapluie (une victoire qui n’a été qu’unique !), une nuit un peu agitée pour elle (et pour moi du coup)… sûrement beaucoup d’émotions à digérer.

Le séjour a été très court, quatre nuits, donc nous avons consacré le plus de temps possible à notre famille mais nous avons eu l’occasion de faire quelques balades dans Lecco et une sortie à Varenna (que je vous raconterais dans un autre article).

Voilà sept ans que je n’avais pas pris le temps de profiter un peu de Lecco, lors de mes visites précédentes je logeais ailleurs. Je ne vais pas vous mentir Lecco n’est pas une ville exceptionnelle, elle est trop petite pour l’être, elle se visite en demi journée ! Mais son centre ville est agréable, et la balade au bord du lac vous offre une vue magique. C’est dommage que le tourisme n’y soit pas plus développé. En effet, je souhaitais amener les filles faire un tour de bateau jusqu’à Bellagio ou Varenna, comme je l’ai souvent fait dans le passé, mais malheureusement il n’y a pas de bateau qui desserve Lecco en cette saison la semaine, alors que depuis Como vous allez ou vous voulez quand vous voulez. Mes cousines me disaient que lorsqu’elles étaient enfant, elles prenaient souvent le bateau pour traverser le lac, c’était un moyen de transport très utilisé, aujourd’hui c’est terminé et c’est un peu dommage car le lac est toute l’âme de cette région.

Si Lecco me semble être un peu la mal aimée du lac de Côme, ça ne la rend pas moins belle à mes yeux. Lorsque je suis venue l’année de mes onze ans, j’avais eu du mal à sortir des jupes de ma mère pour rendre visite à mes grands-parents, mais quand je suis arrivée via Roma, je suis tombée amoureuse de l’Italie. Je n’oublierais jamais ces matins de juillet où, la fenêtre ouverte, j’entendais la rue s’éveillait très tôt, les italiens s’interpellaient et rire. Et les petits pas de ma grand-mère dans le couloir. Tant de souvenirs qu’il me tarde de raconter à mes filles pour qu’elles comprennent ce qui me rattache tant à ce lieu.

Durant notre séjour, nous sommes passés devant le 66 de la via Roma, j’ai montré les fenêtres de l’appartement de mes grands-parents à Nounou, il était 8h30, la rue s’éveillait.

Wait for it Expédition sur le Lac de Côme - part.2

 

12 comments
  1. Virginie C.

    Je découvre ton blog, que j’aime bien ! Dans cet article, je me suis complètement reconnue !! J’ai du aussi prendre l’avion avec mes 2 monstres à 4 ans et 18 mois toute seule… Moi, ça ne s’est pas aussi bien passé … Je me suis faite engueuler par la dame devant dans l’avion, insulter à l’aéroport « parce que j’avançais pas… » !Mais bon, ça ne m’empêche pas de recommencer !!
    Et j’ai aussi pu profiter de revoir Lecco, où j’ai vécu pendant 3 mois, lors d’un stage.C’est vrai que c’est une ville bien agréable, et je la préfère même à Come. Plus tranquille, plus authentique.

    1. Fish & Child

      oui c’est pas simple de voyager avec des tout petits mais ce sont souvent les réactions des « autres » qui rendent le voyage désagréable… mais bon effectivement on va pas s’arrêter de vivre à cause de quelques idiots !
      Et je suis bien d’accord, Lecco est bien plus agréable que Come … mais moi je ne suis pas très objective 😉
      Je te souhaite bienvenue sur notre blog, et je crois avoir vu sur twitter que tu en avais un, je vais m’empresser d’y aller 🙂

    1. fish & child

      et oui, il faut les habituer tôt !! et perso, je pense que c’est important de bouger avec des enfants le plus tôt possible sinon après on s’en fait tout un monde !

        1. fish & child

          ça c’est certain ! mes filles font toujours des progrès extraordinaires quand nous sommes en voyages, et surtout on se retrouve avec des enfants très curieux très tôt et ça fait plaisir 🙂

    1. fish & child

      oui, ce fut un sacré périple, bon une fois passé le voyage en avion ( que je redoutais méchamment), j’ai réussi à être un peu plus zen et ma fille aînée a été super, elle a vite compris que j’étais en stress donc elle a tout fait pour m’aider…

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor eget sem, Curabitur quis, dolor. ipsum