Loading...
Le sentier du littoral sur la Presqu'île de Giens
France

Les explorateurs de la Presqu’île de Giens

Le sentier du littoral sur la Presqu'île de Giens

Quand l’office de tourisme de Hyères nous a proposé un hébergement sur la presqu’île de Giens, je me suis dit  « ouais, d’accord, pourquoi pas… vivons dangereusement »… en fait je ne connaissais pas du tout !

Hyères, je pouvais le situer sur la carte sans soucis, à 40 km près, mais la presqu’île de Giens, je ne voyais pas du tout… il n’y avait que la faïence de Gien qui me venait ! (rien à voir) Bref, nous sommes partis pour l’inconnu… ou presque… puisque dans « presqu’île », il y a île, donc nous nous doutions que nous serions au bord de l’eau. Et, en effet, je brise tout suspense immédiatement, la presqu’île de Giens est bien entourée d’eau.

Nous avons été reçus au camping de la Presqu’île de Giens (je n’essaye pas de caler le mot presqu’île le plus de fois possible dans le texte, c’est juste le nom du camping… soyons clairs !), où une cabane nous attendait. Cette cabane, les filles en rêvaient depuis plusieurs jours, et elle fut largement au-dessus de leurs attentes (et accessoirement des nôtres)… Joujou m’expliquait d’ailleurs ce matin qu’elle était prête pour y retourner. Je demande donc solennellement au personnel du camping de me renvoyer ma fille s’ils la voient arriver : elle est facilement reconnaissable, elle se promène avec un lapin, 5 dinosaures et une épuisette orange.

cabane camping de la presqu'île de Giens

Nous voilà donc confortablement installés dans notre tente de trappeur (ne mâchons nos mots : après tout, nous nous sommes comportés durant ces 4 jours en véritables explorateurs), prêts pour 4 jours de visites.

Si personne ne m’avait jamais parlé de ce petit bout de terre, c’est, je pense, en toute objectivité, pour mieux me le cacher ! Mais, étant d’humeur généreuse (et ayant été un petit peu invitée pour vous le dire), voici ce que nous avons découvert….

Le sentier du Littoral

À peine les valises déchargées, nous sommes partis découvrir le sentier du littoral que nous sommes allés chercher au-dessus du port de la Madrague. Il était 17 h 30, le soleil descendait doucement, une brise soufflait ce qu’il fallait pour nous permettre d’avancer sans mourir de chaud, c’était parfait.

Je ne vous ai pas mis la randonnée dans son intégralité pour ne pas vous gâcher la surprise… et aussi parce que nous ne l’avons pas terminé ! Jac a été pris de panique à mi-chemin, il pensait que nous ne serions pas capables de terminer la balade, et nous voyait déjà dévorés par des cigales-garous (les fameuses !)

Plus pragmatiquement, sachez que cette marche est parfois un peu raide pour les enfants, mais facilement accessible pour un enfant de 6 ans attentif (l’âge de ma fille aînée), par contre elle est tout à fait déconseillée aux adultes un peu boulets qui auraient l’idée de la faire en tong…

Vamos à la playa

Jeudi, pendant que Jac pêchait, les filles et moi sommes parties en reconnaissance sur la plage de la Badine. À 800 m du camping, et accessible par un petit sentier ombragé, c’était parfait pour une sortie mère-filles improvisée.

La Badine est une belle plage de sable idéale pour les enfants puisque l’eau n’y est pas profonde avant plusieurs mètres. Personnellement, je l’ai trouvé très agréable mais les filles, bien que ravies d’apercevoir des daurades à nos pieds (chose qui n’arrive pas tous les jours, vous en conviendrez), ont été prises d’une crise d’hystérie devant les posidonies. J’ai eu beau expliquer que cela était une preuve de la bonne santé de la nature… il n’y a rien eu à faire, elles ont continué de hurler… Parfois, c’est long la vie de parent… [petit bonhomme blasé].

Le lendemain, nous sommes partis visiter Porquerolles, aussi n’y a-t-il pas eu de nouvelles surprises sur Giens…

Mais samedi, après une belle visite de Hyères, nous sommes repartis sur la Presqu’île ; et c’est cette fin d’après-midi là, après une petite pause bien méritée dans notre cabane, que nous avons fait nos deux plus belles découvertes.

Nous cherchions un coin de l’île que nous n’avions pas du tout entre-aperçu, et c’est ainsi que la carte nous mena sur la plage des Darboussières. Une fois la voiture garée, il faut marcher 5 minutes pour atteindre cette toute petite plage tapissée d’algues sèches… je sais ce que vous vous dites : « les filles ont dû se remettre à hurler comme des pintades qu’on égorge ». Et bien non ! Sèches, les algues ont perdu leur pouvoir d’excitation… pour le plus grand bonheur de nos oreilles ! En fait, elles ont même trouvé ça plutôt agréable et plutôt confortable !! 🙂

Je pense que les mots « crique » ou « calanque » seraient plus appropriés pour définir correctement ce lieu, complètement encaissé entre les rochers. Quand nous sommes arrivés, il était déjà tard (entre 18 et 19 h je pense), aussi n’y avait-il plus grand monde… mais ils ont été assez nombreux à croiser notre route à l’aller… à se demander comment ils avaient tous réussi à caser leur serviette dans ce mouchoir de poche !

À noter : bien plus plongeante que la plage de la Badine, la plage des Darboussières ne permet pas aux jeunes enfants de jouer dans l’eau sans un adulte à leur côté. Et oubliez les châteaux de sable !

Last…

Pour bien finir notre séjour, nous avions décidé d’aller au restaurant, Jac en ayant assez de ma plus grande spécialité, à savoir les pâtes à l’huile d’olive. Nous avions remarqué sur la carte un restaurant situé au bord de l’eau, nommé le Poisson Rouge. Cela nous semblait le cadre parfait pour terminer ce beau séjour… Mais voilà, nous n’étions pas les seuls à vouloir passer le samedi soir au bord de la mer, les assiettes pleines d’autre chose que des pâtes à huile… Et nous n’avions pas réservé, nous sommes donc repartis comme nous sommes venus, enfin pas tout à fait… car ce détour nous aura permis de découvrir le Port du Niel, un ponton accroché à l’intérieur d’une magnifique crique, au bout d’une route sans panneau.

Je pense que nous serons tous d’accord pour détester les gens qui habitent la maison ci-dessus…?

Le lendemain matin, Jac est retourné au Port du Niel pour pêcher… mais surtout pour profiter encore un peu de cet environnement…



Les 3 infos en +

  • On accède à la presqu’île de Giens par 2 routes longeant les salins, des chemins de randonnée sont aménagés sur ces derniers, ce qui en font un lieu idéal pour observer les oiseaux
  • Si vous êtes adeptes du snorkeling, n’allez pas plus loin ! Toutes les plages qui entourent la Presqu’île vous raviront.
  • Si, comme moi, vous n’aimez pas faire à manger, rendez-vous au P’tit Truck de Clémence, au niveau du rond-point Majastre : c’est simple, savoureux et vraiment pas cher !


Sentier du littoral de la Presqu'île de Giens



Cet article est le premier d’une trilogie, nommée très pompeusement « Les Explorateurs », faisant suite à l’invitation de l’Office de Tourisme de Hyères. Toutefois, aucune ligne éditoriale ne m’a été dictée, si vous en doutez, c’est que vous ne m’avez pas lu !

 

Aimer c'est partager !

17 comments
  1. isa

    Ca m’émeut car me rappelle de beaux souvenirs d’enfance. Espérons que tes filles aient les mêmes dans quelques années ! (ps : qui met autant d’huile dans des pâtes ?!)

    1. mitchka

      je plaide coupable, je consomme 1 litre d’huile d’olive tous les 10 jours environ … je suis complètement addict !! 🙂
      Par ailleurs, soyons sérieuses, je suis heureuse de te rappeler des souvenirs … et je suis certaine que mes filles garderont une belle image de ce séjour … d’ailleurs je pense que nous y retournerons …

      1. isa

        Tu es Italienne, je suis Espagnole, c’est clairement pas du beurre qui nous coule dans le sang ! Mais dans les pâtes, quand-même… 😀

        Tous ces coins-là sont devenus bien proches de chez vous ! A la saison des mimosas…

  2. Famille "France-trotteuse"

    J’ai souvent entendu parler de la beauté de la presqu’île Giens et des îles environnantes. D’ailleurs au mois d’avril quand nous étions a Cannes je voulais aller à Porquerolles mais il n’y pas de navette depuis cette ville (trop nul) du coup c’était trop compliqué et surtout trop loin sur une journée. Bref tout ça pour dire que tu m’as bien mis l’eau à la bouche maintenant et hâte de lire la suite.

    1. mitchka

      Le prochain billet sera dédié à Porquerolles, c’est vrai que le coin est sublime, je m’en doutais … mais on a quand même été bluffé !

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)