Loading...
CalifornieEtats-Unis

San Francisco à la folie

Le coup de foudre est une histoire de timing.

Nous avons beaucoup aimé Seattle, Jac un peu moins que moi, mais la ville nous a laissé un sentiment de découverte inachevée. Je regrette beaucoup de ne pas y avoir consacré plus de temps, et surtout je regrette de ne pas y avoir consacré un « temps » plus serein. Nous sommes arrivés épuisés, jet-lagués, et nous n’avons pas profité de la ville comme nous aurions pu. Si c’était à refaire, nous partirions immédiatement dans l’Olympic National Park en sortant de l’avion histoire de nous recadrer au vert et profiterions de Seattle après. Mais bon, c’est fait c’est fait.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Et bien parce que ma twitto-copine Chacha me disait il n’y a pas longtemps ne pas avoir trop accroché avec San Francisco à cause de la fatigue due au voyage (puisque San Francisco était la première étape de son road-trip) et de la météo capricieuse. Sylvie du Coin des Voyageurs m’a laissé en commentaire de mon mon dernier article son amertume face à un ciel en permanence chargé au dessus de San Francisco qui ne lui a « permis » de garder un très bon souvenir de ses escales.

Effectivement, c’est en arrivant en Californie, le 9 juillet, que nous avons sortis nos polaires de la valise pour la première fois ! Mais la Californie, San Francisco, c’était pour nous la fin du voyage. Certes nous étions épuisés par nos 20 jours de route mais nos horloges internes s’étaient mises à jour, nous buvions des cafés XXL toute la journée, et nous avions enfin accepté l’idée de manger des patates à tous les repas : bref, nous étions quasiment des américains !

Et de surcroît nous avons eu de la chance puisque nous sommes arrivés à San Francisco sous un beau ciel bleu. Le lendemain de notre arrivée, c’est ce même ciel ainsi qu’un soleil bien chaud et bienfaisant qui m’ont aidé à avancer malgré ma migraine infernale ( Previously on Fish & Child ).

Les jours suivants ont été moins radieux, nous avons eu parfois un peu froid, mais dans l’ensemble ce furent de belles journées, et je suis persuadée que cette météo plutôt clémente a participé au coup de foudre que j’ai eu pour la ville.

Contrairement à Seattle où l’on s’est sentis immédiatement EN Amérique, un peu comme à Montréal d’ailleurs, à San Francisco, nous avons eu la sensation d’un voyage dans le voyage. Très européenne, nous avons eu l’impression qu’ici tout le monde avait un accent (ainsi vous vous sentez moins ridicule en commandant une pizza … que d’ailleurs j’ai commandé en italien du coup !!), que tout le monde était originaire d’un quelque part qui ne compte pas son étoile sur le drapeau des Etats-Unis.

Je vous ai habitué à un récit chronologique et passionnant de chacune de nos journées mais pour cette deuxième balade à San Francisco, j’ai décidé de vous balancer tout en vrac ! Ouais, j’suis comme ça !!

En fait, il n’y a pas beaucoup d’intérêt à faire un récit heure par heure de notre visite … bien sûr je pourrais vous raconter comment Jac a terminé la tête dans les toilettes partagées du B&B après avoir guinché dans un bar d’Hayes Valley en compagnie d’un porto-ricain gay, d’un pur yankee made-in-Texas et d’une actrice qui adooooore Paris malgré qu’on n’y trouve pas de sushis corrects (on aurait voulu inventer de tels personnages, nous n’aurions pas pu faire plus cliché 🙂 ). Oui, j’aurais pu vous raconter tout ça… mais il le prendrait mal ! 😉

Les deux jours qui ont suivi ma migraine nous les avons (encore) passé à marcher, marcher et marcher. En dehors de notre matinée à l’Academy of Sciences, dont je parlerai très bientôt dans le cadre d’un petit bristol, nous avons fait le choix de ne rien visiter (oui je sais, c’est un sacré concept que je pense déposer d’ailleurs ) : je veux dire par là que nous avons essayé de profiter au maximum des quartiers, des rues, des recoins de San Francisco en faisant fi de tous les monuments, musées, immeubles en forme de pénis, à visiter.

Il n’y aura pas de récit de ces folles marches mais il y a beaucoup de photos.

Enjoy.

Haight Ashbury

Haight Ashbury est historiquement LE quartier hippie de la ville … aujourd’hui si l’on y croise encore tout un tas de phénomènes gentiment décalés mélangés à quelques punks-à-chien, le quartier est aussi horriblement touristique : c’est simple on entendait parler français partout ! Enfin partout sauf dans les boutiques, bizarrement les gens passent mais ne rentrent pas dans les magasins, pourtant savoureux, de la principale artère du quartier, Haight Street.

C’est ici que vous trouverez le plus grand magasin de musique de la ville à savoir Amoeba Music … je vous aurais bien mis une photo de l’intérieur car c’est un lieu assez incroyable mais je pensais que Jac avait fait une photo donc je ne l’ai pas fait, et comme il pensait que je l’avais fait, il ne l’a pas fait ….bref, on n’a pas de photo (#BloggerLooser … encore).

Nous avons également découvert là le plus beau des magasins de vêtements, le Decades of Fashion : ça vaut la peine de rentrer, on peut facilement le classer dans les musées à visiter !!

Castro

Quand nous sommes descendus du bus à l’angle de Castro et de la 18th, j’ai eu l’impression d’avoir droit à un avant goût du Paradis ! Le soleil, qui se cachait depuis le matin, est sorti tout d’un coup, un petit vent chaud s’est mis à souffler dans les palmiers, et, des hommes, tout en muscles, en débardeur blanc et petit short sont apparus en masse. God Save Castro !

Bon bien sûr, comme vous l’aurez compris en regardant les photos (et si vous ne l’avez pas compris c’est sûrement que vous souffrez de daltonisme), Castro est le quartier gay de San Francisco, symbole de la lutte des droits des homosexuels, et cela depuis les années 1970. Il n’y a pas des millions de choses à faire dans le coin mais la balade est agréable.

En partant en direction de Mission Dolores, nous sommes tombés sur la fameuse maison bleue de Maxime LeForestier. On ne la cherchait absolument pas, j’ai juste la manie de lire toute les plaques de cuivre que je croise… et c’est ainsi que nous nous sommes arrêtés prendre une photo ! Si  un jour vous la cherchez, sachez qu’elle est à l’angle de Sanchez et de la 18th.

Mission en passant très vite !!

(par manque de temps)

Alamo Square

Autant vous dire que si un jour, je dois vivre à San Francisco, c’est à Alamo Square que je veux vivre ! La maison bleue ci-dessus m’ira très bien d’ailleurs. C’est bobo, c’est chic. Bref, c’est tout moi quoi !! 😀

Union Square

WP_20150715_11_17_19_Pro

Telegraph Hill

ça grimpe ……..

Telegraph Hill est un quartier très sympa, très peu touristique (nous étions seuls à y errer à tout cas) par contre il faut être accroché, ça grimpe sévère !

La Coit Tower. What’s that ? C’est une tour édifiée par la veuve Coit (true name) à la gloire des pompiers de la ville, c’est pourquoi le bâtiment a la forme d’une lance à incendie…. pas de commentaires graveleux s’il vous plait.

Little Italy

WP_20150716_10_25_16_Pro

Little Italy est, figurez vous, le quartier italien ! Qui l’aurait cru ??!

On a bien aimé le coin pour son ambiance méditerranéenne, pour les pizzas et pour ces boui-bouis, notamment pour les micro-magasins de musique qui ont en réserve des petits trésors 🙂

Voilà les quartiers sur la carte, visités sur 2 jours et demi. A cela il faut ajouter ceux arpentés durant la première journée mais comme vous pouvez le voir … nous sommes très loin d’avoir fait le tour de la ville !

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Ici s’achève notre tour de Francisco, et plus je regarde les photos, plus je me dis que je veux y retourner.

Mais n’allez tout de même pas croire que San Francisco est une carte postale. Loin de là. En sortant de notre B&B situé dans le quartier très sympa et un peu bobo d’Hayes Valley, il ne nous a suffit que de quelques pas pour nous retrouver en plein milieu du Tenderloin et de ses centaines de SDF. Plusieurs centaines de personnes qui errent à un jet de pierre de la mairie. Officiellement, ils sont 10 000 dans la rue, officieusement, 20 000. Ce nombre édifiant fait de la misère une normalité : personne ne semble vraiment choqué par les pauvres bougres que la folie fait hurler, ni par ceux qui agonisent dans leurs vomis. Les jeunes cadres dynamiques slaloment au milieu de cette foule malheureuse sans un regard … on se demande même s’ils les voient. Et au milieu de cette apocalypse sociale, des touristes sourires aux lèvres et appareils photos aux cous qui posent devant la mairie toute de blanc vêtue. #madworld

Oui je sais, vous étiez enthousiastes à la fin des photos et puis là, tout de suite, vous avez envie de vous ouvrir les veines. C’est tout moi ça, j’ai pas mon pareil pour péter l’ambiance. Désolée.

Bon je vous laisse alors sur une dernière photo, celle de notre dernier tramway dans lequel on a rencontré un super chauffeur qui avait habité à Barcelone et à Toulouse (!), du coup il parlait français et nous a fait la causette pendant 45 minutes, a joué les guides touristiques et nous a bien fait rire. Ainsi c’est achevée notre balade dans San Francisco : joyeusement.

 WP_20150716_09_51_05_Pro

A venir : notre San Francisco en pratique et San Francisco avec des enfants

Aimer c'est partager !

18 comments
    1. fish & child

      Pour dire la vérité, j’avais écris tout en détails mais comme c’est lui qui me corrige, je me suis dis qu’il allait me censurer donc afin d’éviter une conversation houleuse inutile je me suis censurée toute seule 😉

  1. Lili

    Bon s’il risque de le prendre mal, ne nous raconte pas l’épisode des toilettes du B&B … Et ça monte dur à St Francisco hein ? Je dis ça, je ne connais pas mais on le voit, et c’est lourd la poussette !

    1. fish & child

      c’est à dire que personne n’a vraiment envie de se remémorer le jour où il a dû vomir dans des toilettes utilisées par une bonne dizaine de personnes juste avant lui… 🙂
      Sinon, le plus dur ce n’est pas de pousser la poussette en montée c’est de la retenir en descente……!

        1. fish & child

          ouais, imagines le fait divers glauque : « un couple de français en goguette ont laissé échapper leur poussette en haut de Powell Street, celle ci ainsi que le bébé qui était dedans ont atterri sur un SDF qui recherchait sa famille enlevée par des extraterrestres … » Non vraiment faut faire gaffe à la poussette 😀

  2. chacha Aventurière

    Y a tout ça a San Francisco ??!! Faut que j’y retourne mais en fin de roadtrip en faite.

    Sinon t’as une photo du porto-ricain gay ??

    Sérieusement tu m’as réconcilié avec l’idée d’y retourner & big kiss pour la mention.

    1. fish & child

      Super contente de te réconcilier avec cette ville, j’espère que tu pourras y retourner et l’apprécier ! Sinon pas j’ai pas de photo du porto-ricain, moi j’étais pas là et Jac est pas du genre à prendre des inconnus en photo … mais j’étais morte de rire le lendemain matin quand il m’a raconté sa virée nocturne !

        1. fish & child

          Non, on ne connait pas Boston, mais effectivement je n’en lis que du bien… un prochain voyage j’espère … mais faut dire que là on est virtuellement bookés jusqu’en 2018!! 😀

  3. icietautrepart

    Hey !

    J’attends beaucoup de cette ville, je m’y rend en Août pour le coup, et tout le monde me dit que l’ambiance est géniale, j’ai super peur d’être déçue du coup ! Surtout que ton article est une véritable douche écossaise haha 😀

    1. fish & child

      oui mais c’est important d’être au courant pour ne pas être dégoutté justement ! je suis sûre que tu aimeras, c’est vraiment une ville géniale, je crois qu’il ne faut éviter de se faire un programme trop strict pour pouvoir errer selon son humeur d’un quartier à un autre… dans tous les cas, je te souhaite une belle découverte 😉

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)