Loading...
Visiter Horta sur l'île de Faial aux Açores
Portugal

Escale dans la plus petite grande ville du monde

Visiter Horta sur l'île de Faial aux Açores

Il est 5 h 30, il fait nuit, il pleut, on attend un taxi sur un parking de Santa-Cruz das Flores. Ce matin, on quitte le groupe occidental des Açores ; nous embarquons à 7 h pour six heures de navigation afin de nous rendre sur Faial.

L’idée de la traversée vient de Jac. Certes financièrement ça nous faisait économiser quelques dizaines d’euros sur l’avion … mais surtout il se voyait voguant au milieu de l’Atlantique, quittant une île (presque) vierge pour une autre île à explorer… D’ailleurs, quand nous sommes montés sur le ferry, il nous a dit :  » Je suis trop content de faire du bateau avec vous ».

Rappel : nous étions en pleine tempête depuis 4 jours.

Avant le départ, les passagers semblaient tous ravis de quitter Flores. Comme nous, ils avaient dû souffrir de cette tempête, de l’isolement, et des steaks-riz-frites à tous les repas. Mais 10 minutes après le départ, nous avons TOUS changé de couleur, TOUS sauf Jac ! L’océan était démonté, tout comme nos estomacs… au bout d’une demi-heure, toutes les toilettes accueillaient les passagers en file indienne envoyant leurs tripes se mélanger à l’écume de l’Atlantique.

Je me suis prostrée seule sur une banquette afin de garder pour moi et moi seule mes derniers repas, et j’ai laissé Jac-au-pied-marin gérer le mal de mer des filles. Joujou a beaucoup râlé, mais a fini par s’habituer au roulis de l’océan ; et Nounou, au bout d’une heure s’est écriée : « Sortez-moi de là, laissez-moi sortir du bateau ». Et elle a vomi.

Une fois cette première heure passée, les filles se sont senties mieux, et mes trois co-navigateurs ont fait une traversée plutôt tranquille, pendant que moi, en fœtus sur mon siège, j’attendais qu’on touche terre, ou que le bateau coule… enfin qu’il se passe un truc de façon à ce que je puisse en finir avec cette nausée. (NB : j’ai cru que mon estomac allait finir au large d’un méridien dont je ne connais pas ni le nom ni le numéro, mais je n’ai pas vomi – il me semblait important de le souligner !)

l'océan Atlantique depuis le ferry entre Flores et Faial aux Açores
après 5 h de ferry, Flores est loin derrière nous… et ce n’est pas plus mal !

Voir Faial et pleurer de bonheur

Environ une 1 h/1 h 30, avant d’arriver, l’océan a commencé à se calmer, et (ô miracle) le soleil est apparu. C’est sous un ciel (presque) bleu que nous avons débarqué les larmes aux yeux… et je vous jure, nous n’étions pas les seuls à pleurer de bonheur !! Entre les derniers jours horribles passés sur Flores, et cette traversée vrombissante et vomissante… une nouvelle ère s’ouvrait à nous au bout du quai, nous le savions tous.

Côte de Faial - Açores
Voir Faial et pleurer de bonheur

Nous avons marché jusqu’à notre appartement, non sans faire avant trois fois le tour du quartier avec nos valises et sacs à dos. Une fois nos marques prises, nous sommes immédiatement sortis manger. Nous avons longé l’eau… et petit à petit les barques, les voiliers, les zodiacs ont meublé l’horizon… et face à eux, un tas de petits commerces et restaurants étaient installés. C’était parfait.

Une fois repus, nous avons continué le long du port de plaisance pour chercher des informations sur la pêche (il ne perd jamais le nord le pêcheur), et sur les sorties « cachalots ».

Je ne vous cache pas que si j’ai pris beaucoup de plaisir à profiter du silence à Faja Grande, les quatre jours sous la pluie dans le taudis du dragon avaient sacrément entamé notre moral (je pense qu’après 12 allusions à ces 4 jours maudits, vous l’avez saisi d’ailleurs !), et retrouver un peu de civilisation, discuter avec des gens souriants, prendre le soleil, acheter des cartes postales nous a alors fait un bien fou ! En quelques heures, Horta est devenu notre El Dorado.

Seul point noir de ce séjour, nous n’avions pas pu louer de voiture. Nous nous y étions pris trop tard et le prix des dernières locations était simplement inapprochable (600 € pour 2 jours, c’est un chouïa exagéré). En arrivant, nous savions donc que nos visites de l’île seraient restreintes, mais nous imaginions prendre un taxi pour nous rendre sur un site un jour, et faire une sortie en bateau un autre… Mais Horta nous a tellement séduits que nous avons décidé de profiter de la ville, de sa magnifique plage, et d’essayer d’aller voir des cachalots…

La sortie en bateau ne se fit pas à cause des conditions météo, nous avons donc simplement profité de « la plus grande petite ville du monde » sans nous presser. Horta est une ville célèbre chez les navigateurs, il se dit que de ne pas s’y arrêter quand on traverse l’Atlantique porte malheur !! Alors, autant vous dire qu’ils sont nombreux à faire halte, et cela rend l’ambiance unique…

Ce sont les filles (enfin surtout la grande) qui ont tranché le programme de ces 2 jours, et leurs exigences étaient claires : aller à la plage et faire de la balançoire !

Voici donc un petit guide pratique de glandouille intégrale. 🙂

Aller à la plage sur Faial

Le choix de la plage fut assez simple. Sans voiture nous n’avions pas d’autre solution que d’aller à Porto Pim : la plage d’Horta. Mais, s’il y a des choix par défaut qui nous laissent un goût amer, ce choix là, nous laissa un goût de Paradis !

Faire de la balançoire à Horta ou se balader dans ses ruelles…

Bon, une fois les nageoires détendues, il nous a fallu trouver un parc de jeux… affaire déjà plus compliquée. Mais en prospectant les spots de pêche (non, non, il ne lâche jamais jamais…), Jac a trouvé le lieu idéal pour les filles. À côté de l’embarcadère des ferrys, il y a un petit parc bien entretenu où l’on peut camper et faire de la balançoire !!

Les filles étaient ravies… et heureusement un vilain nuage nous a chassés sinon elles y seraient encore.

Pendant que les filles se balançaient et que leur papa d’amour les poussait tendrement, je suis allée faire un tour dans la ville, histoire d’explorer les rues sans intérêt touristique majeur… mais pleines de petits détails qui font sourire…

Le jardin botanique d’Horta

À ce programme, assez léger tout de même, nous avons ajouté la visite du parc botanique. Le petit futé nous en disait que du bien (quel menteur celui-là), il semblait y avoir une sorte de musée de la faune et de la flore des Açores… bref, cela nous semblait une visite intéressante pour en apprendre plus sur Faial.

Je ne vais pas aller jusqu’à vous dire que c’était inintéressant, mais sincèrement, ce n’était pas passionnant. C’est un gros centre de recherches sur la biodiversité, et ça c’est bien… mais l’accueil du public est assez léger, et le parc plutôt décevant… Seul avantage à cette visite : les filles ont pu courir dans les allées sans craindre une voiture. (vous voyez je fais toujours des efforts pour voir le verre à moitié plein ^^)

Tôt, le matin du 3e jour, nous avons repris un ferry pour nous rendre sur Pico. C’est pleins de regrets que nous avons quitté Faial, mais nous étions joyeux et reposés… après tout, les vacances c’est AUSSI fait pour ne rien faire (même si cela créer chez moi d’énormes frustrations dont je me remets difficilement… même après plusieurs mois !).



Mini Carnet Pratique

Où dormir à Horta

Nous avons logé dans un appartement loué via Airbnb, la Casa de Catarina pour 240 € les 3 nuits. L’appartement est un peu excentré (mais ça reste très relatif, Horta ce n’est pas bien grand !), mais il est au calme, très propre et très fonctionnel. Parfait pour 4 personnes.

Où manger à Horta

L’incontournable d’Horta c’est le Peter Café Sport. Nous y sommes allés, et bien que ce soit bondé de touristes, c’est aussi bondé de marins. L’ambiance est plutôt sympa et les assiettes très correctes. Si vous y passez, vous pourrez vous amuser à chercher l’autocollant Travelers & Fish que nous avons collé sur le comptoir. 🙂

Nous étions à Horta la semaine du 7 août, il y avait de grandes fêtes (je ne sais plus de quoi) avec des concerts, des bars et des restaurants installés tout le long du port… donc nous n’avons pas trop cherché à comprendre : les quelques restos que nous avons fait, nous les avons fait là, face aux bateaux et à Pico, et c’était parfait.

Se déplacer sur l’île

Si vous souhaitez une voiture, réservez là le plus vite possible !

Il est aussi possible de louer des scooters, il suffit d’appeler quelques jours avant votre arrivée pour le réserver afin être sûr d’en avoir un.

Les bus. On ne les a pas trouvés !

Les taxis peuvent vous balader au gré de vos envies, et de vos finances. Pour faire une excursion, si vous n’avez pas de voiture, c’est la solution de repli idéale, mais comptez une bonne quarantaine d’euros pour un aller-retour Horta – la Caldeira par exemple (tarif communiqué par des Français croisé dans un resto ^^), et une dizaine d’euros pour faire l’aller-retour du centre d’Horta au Jardin botanique.

Il y a des ferrys toute la journée entre Faial et Pico, il est donc inutile de réserver vos billets. Et si, comme nous, vous avez envie de faire une traversée fantastique entre Flores et Faial, sachez qu’il n’y a qu’un ferry tous les 10 jours environ, donc il ne faut pas le rater !! Le calendrier et les horaires des ferrys naviguant durant l’été sont disponibles à partir du printemps sur Atlanticoline.

D’autres idées…

Faial est une île riche sur laquelle il y a une multitude de choses à faire et à voir. Je vous invite donc à jeter un œil aux blogs de Voyagement Vôtre et d’Itinera Magica qui vous donneront quelques pistes de visites.

Visiter Horta sur l'île de Faial aux Açores

Aimer c'est partager !

20 comments
  1. isa

    L’enfer. Tu décris un enfer sur terre (mer, en l’occurrence).
    Mais sinon, la ville a l’air mimi comme tout…! Et c’est important, de tester toutes les balançoires du monde !

  2. Itinera Magica

    J’adore ton récit du mal de mer… j’ai vécu ça une fois, sur le ferry de Shetland aux Orcades : énorme tempête en mer du nord, tout le monde malade comme un chien, et moi aussi…
    J’adore tes photos d’Horta. La ville mérite qu’on y passe deux jours 🙂 Je comprends ta frustration de ne pas avoir vu le Capelinho etc mais bon, chaque vacance est une tranche de vie qu’on a savourée d’une manière ou d’une autre ! Merci pour le clin d’œil !

    1. mitchka

      oui, je commence à m’en remettre … j’alterne les moments où je me dis « c’est nul, t’y retourneras jamais », avec les « c’est bien, ça laisse des trucs pour la prochaine fois » … bref. Mais je n’ai quand même pas trop de regrets, c’était chouette de prendre le temps de découvrir Horta.

  3. LaDivia

    Épique la traversée en bateau ! Ça me rappelle une traversée Corse-continent où on faisait des pompes sans effort sur nos couchettes ! Les Açores ont l’air tellement différentes de Madère alors qu’on les compare sans cesse du fait de leurs forêts de lauriers. Tes photos du jardin botanique sont magnifiques !

    1. mitchka

      oui, c’est vrai qu’on les compare souvent, mais des photos que j’ai vu de Madère je ne trouve pas que cela se ressemble beaucoup !! mais c’est difficile de se faire une idée sur photo 🙂
      merci pour ton gentil commentaire sur les photos du jardin botanique <3

  4. Laurent

    J’aurais voté comme Jac, traversée en bateau 😀 Bon je fais le malin, mais je n’ai jamais été en bateau sur une mer démonté, donc je ne sais pas trop quelle est ma limite. Il m’est arrivé d’être sur des bateaux où certaines personnes étaient malades, mais ça n’était pas non plus le cap Horn. Mais en tout cas, il est clair que de la difficulté à se rendre quelque part née l’émotion et les souvenirs incroyables que l’on peut garder de ce lieu.
    Je reconnais le mur où les marins qui passent par là peignent ce qu’ils veulent. J’ai souvenir d’avoir vu une vidéo où Capitaine Rémi peignait son logo sur ce mur 🙂
    Bon allé hop, la suite maintenant 😉

    1. mitchka

      tu sais j’ai tellement passé à toi sur ce putain de ferry … et je t’ai un peu maudit ! parce que lorsque Jac m’a dit « non on va le faire en bateau » … je me suis « ouais pourquoi pas, je vais faire ma One Chai (version junior) » … mais apparemment j’ai ni mental ni l’estomac pour ça ^^

  5. Pauline

    Le récit sur le bateau me rappelle une traversée épique de Cédric (From Yukon) en Sicile … dans les deux cas un truc que j’aimerais vraiment pas vivre ! Je serais restée prostrée comme toi et peut être même que la prostration aurait duré plusieurs jours (j’ai un gros problème avec l’eau qui tangue, je te raconterais un jour) ! Heureusement que la destination valait le coup, ça a l’air vraiment magnifique … et si en plus il y a des balançoires !

  6. Curiosity Escapes

    La semaine oú tu y étais c’était la « Semana do Mar », grosse ambiance sur Faial. C’est marrant après l’enfer de Flores, Faial a été ton eldorado. Moi c’est Flores mon eldorado, et Faial est l’île qui m’a le moins plu mais c’est 100% dû au fait qu’on avait pas de voiture. On a fait le tour de l’île en scoot mais bon, frustration quand même. Mais c’est vrai que Horta est pleine de vie, d’ambiance et jolie comme tout.

    1. mitchka

      Merci pour la nom du « festival » !! Je n’arrivais plus du tout à me souvenir !
      Je ne peux pas dire que Faial soit l’île qui m’a le plus plu… puisque nous ne l’avons pas vu ! Flores est de loin celle qui nous a le plus impressionnés, mais les 4 jours de pluie ont été un peu usants !

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

libero odio Praesent vel, libero. Phasellus lectus et, tempus