Loading...
plage de Tadoussac
CanadaQuébec

Sur la route de Québec #2

plage de Tadoussac

Comme vous avez pu le remarquer, dès que nous sommes sur la route, on a un peu la loose… et bien ça va se confirmer, et cela jusqu’à Québec ou presque… mais bon avoir la loose en vacances au Québec, c’est toujours beaucoup mieux que de jouer de malchance en allant à Carrefour… donc qu’on soit clair je ne me plains pas, j’expose les faits !

Nous quittons Sainte-Rose du nord dans la brume pour arriver à Tadoussac dans la brume… ce qui est franchement ballot quand on sait qu’on vient principalement à Tadoussac pour observer les baleines… on décide d’aller manger en espérant que ça se lève en début d’après-midi… mais ça ne se lève pas. On prend la voiture pour longer le fleuve Saint-Laurent vers le nord. Il y a là de bons points d’observation… enfin quand votre visibilité dépasse les 1m50. Tout ce que nous aurons réussi à voir, c’est un français se jetant tout nu dans le Saint-Laurent en hurlant : de quoi vous donner envie de parler avec l’accent allemand le reste de la journée !

Nous sommes retournés à Tadoussac, et nous en avons profité pour faire un tour sur la plage et apprécier le village qui est vraiment très agréable…

IMG_2467

En milieu d’après-midi, nous sommes retournés sur nos pas pour retrouver notre chambre d’hôte à Sacré-Cœur, que je ne citerais pas parce que c’était vraiment TROP NUL. La chambre était vieillotte, le petit-dej s’est résumé à un café réchauffé et, ce n’est pas bien de se moquer, mais on ne comprenait absolument rien de ce que le monsieur nous disait…. si ce n’est qu’il a essayé de nous vendre des tickets pour une croisière d’observation des baleines. Bon on a laissé les affaires et on est allé prendre une glace au bar laitier de la ville… « bar laitier », fallait y penser à nommer les glaciers comme ça… c’est magique comme nom, moi ça me vend du rêve « bar laitier », je ne m’en lasserais jamais je crois !

Le soir, ou plutôt en fin d’après-midi (parce que les Québécois vous regardent de travers quand vous voulez manger après 18h donc par souci d’adaptation on a pris le pli), on a mangé une pizza « Chez Marjorie », petit boui-boui bien tenu avec enseigne rouge clignotante.

Je viens de me rendre compte que j’ai été médisante, car le monsieur de la chambre d’hôte nous avait quand même conseillé d’aller à l’anse de Roche pour y admirer le coucher de soleil, et c’est ce que nous avons fait en sortant du resto. Et nous avons bien fait.

La brume s’était enfin levée. Le soleil se couchait sur le fjord, c’était magique : un des meilleurs moments de notre voyage.

P1210945

Le lendemain matin, on a bu notre café réchauffé et nous sommes allés prendre un vrai petit-déjeuner au port de plaisance de Tadoussac. Merveilleux souvenir d’une crêpe aux fraises et au sirop d’érable : une tuerie ! Il faisait un beau soleil, on s’est baladé un peu en espérant voir des baleines… mais nous n’avons rien vu. On vous dira que pour voir des baleines, faut prendre un bateau, mes cousins m’avaient affirmé que nous pouvions en voir depuis le rivage, et puis de toute façon on ne voyait pas l’intérêt de dépenser 60 CAD par tête (minimum) pour aller emmerder ces pauvres baleines, parce qu’il faut le dire c’est bien beau de vouloir les observer, mais quand il y a 4 ou 5 bateaux autour d’une pauvre bête, elle n’est pas à la fête ! Donc on est resté sagement sur le rivage à scruter l’horizon, nous n’avons pas eu la chance de voir quoi que ce soit, c’est le jeu. Mes cousins sont passés trois jours avant nous et ils en ont vu, c’est une sorte de loterie :). Après notre balade (très) matinale, on a pris le ferry pour traverser le fjord direction La Malbaie.

IMG_2505

IMG_2510

P1210962

Nous avons eu la chance incroyable de séjourner dans un des plus beaux hôtels du Québec, Le Manoir Richelieu à La Malbaie, et nous remercions encore Jean de cette belle opportunité qu’il nous a offerte. C’est un bâtiment magnifique dans un cadre superbe avec un personnel toujours très agréable.

Et nous avons débarqué là avec notre voiture de location et nos tongs en plastique.

Nous avons garé notre Hyundai en double file entre la jaguar de Céline Dion et la Porsche de Garou, j’ai laissé Daddy et Nounou patienter pendant que je récupérais la clé de notre chambre. J’ai donc pénétré dans ce grand hôtel en tong et pantacourt dégueulasse (je remercie encore ma fille de s’être essuyée ses mains pleines de glace au chocolat sur moi juste avant). J’ai poireauté dix bonnes minutes avant de pouvoir m’adresser aux personnes de l’accueil, tout était en règle, mais au dernier moment ma carte bleue n’est pas passée…………….. et là c’est quand même la grosse honte. On a bénéficié d’un tarif très réduit et que la carte ne passe pas pour cette somme, c’était franchement horrible. Je me suis vue écarlate, en tong au milieu de ce décorum de malade maudissant ma banque. J’ai couru à la voiture prendre la carte de Daddy, Nounou hurlait à la mort parce qu’elle avait faim, soif, chaud, etc., et Daddy hurlait à la mort parce que Nounou hurlait. Youhou !!!!!!

Je suis repartie dans l’autre sens, j’ai refait la queue cinq minutes, et j’ai prié pour que la carte passe. Elle est passée. Et c’était la dernière fois qu’elle passait de tout le week-end. Notre banquier ayant oublié qu’on était au Canada nous a bloqué la carte juste après. Vous voyez les problèmes qui se profilent….

Mais à ce moment-là, on était juste super content, la chambre était du même standing que le reste de l’hôtel : hyper classe. Le lit était immense et les oreillers juste merveilleux ! Non sans déconner, je n’ai jamais dormi sur des oreillers aussi moelleux de toute ma vie ! Daddy se voyait essayer tous les restaurants de l’hôtel… je crois qu’il envisageait un marathon de la bouffe… et moi je cochais déjà tout sur le petit carton du petit-déjeuner.

Le Manoir Richelieu depuis notre chambre
Le Manoir Richelieu depuis notre chambre

Le lendemain, nous avions prévu d’aller randonner dans les Hautes Gorges de la Rivière-Malbaie, nous sommes donc sortis acheter de quoi pique-niquer. Et là : Oh surprise, nos cartes ne passaient plus ! Heureusement il nous restait un peu de liquide pour acheter trois chips et deux tomates. On était samedi soir. Le week-end allait être long.

On ne voulait pas renoncer à notre randonnée même si l’accès au parc est payant donc nous avons sacrifié un peu de monnaie là-dedans. Et on ne l’a pas regretté, c’est un parc exceptionnel (infos ici). Jac vous en parlera sûrement plus longuement quand il fera son compte rendu de pêche. Il y a une très belle randonnée à faire « l’Acropole des Draveurs » qui surplombent la rivière. Malheureusement à notre arrivée il pleuvait donc ça nous a démotivés, et puis le pêcheur fou voulait pêcher donc nous nous sommes contentés de longer la rivière : ce qui n’était pas plus mal, car tout le monde prend le fameux sentier et personne, ou presque, ne songe à se balader au bord de l’eau donc nous étions tout seuls !

IMG_2545

IMG_2561

À notre retour à l’hôtel, nous avons profité de la piscine chauffée (et gratuite !) et après cette journée un peu humide, ce fut un délice ! Et notre situation financière ne s’étant pas réglée d’elle-même un dimanche, nous avons pique-niqué dans la chambre. Mon plus grand regret c’est de ne pas avoir eu l’opportunité de déguster le petit-déjeuner du Manoir. 🙂

Nous avons profité d’être dans la région pour visiter l’Ile aux Coudres, qu’on nous avait recommandé… honnêtement ça n’a eu l’intérêt que de nous faire passer plus vite une journée pluvieuse.

Après deux nuits dans ce cadre extraordinaire, et après avoir insulté notre banquier, nous avons repris la route vers Québec.

Rien de fou ne s’est produit sur la route et nous voilà arrivés à notre dernière escale, Québec.

IMG_2566

Suite et fin dans le prochain article 🙂

Wait for it Quebec - This is the end
3 comments

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

neque. adipiscing facilisis accumsan amet, pulvinar