Loading...
Une théière suspendue dan une rue de Ljubljana
Slovénie

Tempête sur Ljubljana

Une théière suspendue dan une rue de Ljubljana

Vous connaissez la chanson « Cécilia » de Simon & Garfunkel ? Oui, non ? Vous ne savez pas ? C’est une chanson qu’on aime bien à la maison, et que l’on chante souvent à tue-tête. Et là, alors que j’allais commencer mon article sur Ljubljana, elle m’est revenue et j’ai eu envie de chanter :

Ljubljana, you’re breaking my heart
You’re shaking my confidence daily
Oh, Ljubljana, I’m down on my knees

Parce que vraiment, Ljubljana nous a mis sur les genoux, enfin c’est plutôt nos filles qui nous ont mis à genoux … mais la capitale slovène ayant été prise, à son insu, comme décor … c’est ce qu’il en reste dans ma tête.

Pourtant, tout avait bien commencé. Une nuit tranquille passée au-dessus de notre garage (Previsously on Fish & Child), un ciel plus clément que celui annoncé la veille, une place pour la voiture rapidement trouvée… Ceci peut sembler être un détail, mais Ljubljana est une ville presque entièrement piétonne donc se garer rapidement est d’une importance capitale si vous n’avez pas envie de pleurer au volant devant chaque panneau Sens Interdit. 

Nous avions décidé d’attaquer notre découverte de la ville par la visite du château sur les hauteurs de la ville. Etant plutôt fainéants de nature, nous empruntons le téléphérique pour monter, et en un rien de temps, nous surplombons la ville. J’avoue avoir été un peu déçue par la vue. Je m’attends toujours à des vues époustouflantes dès que je dépasse un 3e étage … et là, bof, la magie n’opère pas trop …

Je ne sais pas ce qu’il se passe, mais même la visite du château ne nous enthousiasme pas plus que ça. C’est sympa, mais je ne sais pas quelque chose me gêne … J’ai la sensation d’attendre une tempête dans un champ de maïs en plein milieu du Saskatchewan (elle est sympa cette métaphore, hein ? Par contre maintenant, je suis sûre que vous googlisez tous Saskatchewan ).

Quelque chose cloche.

Autour de nous, le monde tourne au ralenti, les bruits sont plus sourds, les animaux ont déserté. Une tempête arrive, mais nous ne savons pas d’où elle va venir et sous quelle forme.

Nous ne nous méfions pas immédiatement, car la tempête a le visage de deux anges aux yeux bleus. Nous la trouvons un peu envahissante au début, essayons de la calmer en faisant des roulades dans le parc à l’extérieur du château … mais rien n’y fait, elle a envie d’exploser.

Alors, avant que la tempête ne se vautre par terre, et tape des points dans la pelouse … nous redescendons par les escaliers. La tempête gronde…

On s’arrête prendre un café, on commande de « l’eau qui pique » pour essayer, encore une fois, de l’apaiser …ça marche … cinq ou dix minutes : le temps pour elle de reprendre des forces.

Après ce café, et cette « eau qui pique », c’est le trou noir. Ljubljana n’est plus qu’un décor abritant les râles sans fin de mes enfants. Si à Glasgow , elles nous avaient cassé les ponpons, à Ljublajana, elles nous ont carrément écœuré.

Elles n’avaient pas envie de passer la journée en ville. Elles nous l’ont bien fait comprendre. Nounou a déambulé dans les rues comme un pantin désarticulé émettant des cris de bêtes sauvages de temps en temps pour nous rappeler à quel point cette journée lui était insupportable. Des fois que nous n’aurions pas bien compris. Sa petite sœur ne voulait pas avancer, mais ne voulait pas non plus aller dans le porte-bébé (enjoy les voyages en famille) … c’est donc un bébé hurlant (dans le porte-bébé quand même – non mais !!) que nous devrons porter toute la journée.

Mais nous tenons bon. La ville est magnifique, on veut continuer à la découvrir, magasiner dans les petites boutiques du centre, marcher le long de la Ljubljanica, etc. …

Alors on cherche d’autres approches (genre  » prends des photos ma chérie, regardes comme c’est beau » – réponse : néant.), on fait des poses frites et glaces (vive la gastronomie slovène), on se fâche, on gronde, on menace (genre « on ne t’achètera plus jamais d’eau qui pique de ta vie si tu continues à nous casser les pieds » – oui, ça fait flipper, je sais), on souffle, on tente de les culpabiliser (genre « on passe notre temps à vous faire plaisir, et là, on vous demande de passer une journée en ville, une seule, et vous nous gâchez la journée : vous n’êtes vraiment pas sympas » – autant pisser dans un violon).

Il est 16h. Voilà déjà 5h que nous nous battons avec nos filles pour qu’elles mettent un pied devant l’autre sans se traîner par terre en implorant le ciel de leur envoyer une nouvelle famille. 5h c’est long, très long. Nous abandonnons.

On fait 3 courses pour manger dans notre garage le soir (et ne pas avoir à supporter ces enfants au restaurant), et on repart vers la voiture. Sur le chemin, nous traversons le petit marché à touristes installé le long du fleuve. Le regard de Nounou croise celui d’un dragon piégé dans une boule à neige … elle se l’achète avec son petit argent de poche. Elle est ravie.

Entre-temps, Joujou s’est endormie.

La tempête est passée.

Il suffisait d’une sieste et d’une putain de boule à neige.

Mais Jac et moi sommes sur les rotules. On rentre, on mange, on se couche, demain est un autre jour … on l’espère fort.

J’aurais aimé vous en dire plus sur cette ville que j’ai aimée dès que j’ai commencé à l’arpenter la veille au soir, mais ce serait tisser autour d’une visite écourtée… alors il ne me reste plus (que mes yeux pour pleurer) qu’à vous donner un petit aperçu photographique.

Voilà maintenant que vous avez eu un petit aperçu de Ljubljana, que vous avez trop, mais vraiment trop envie de découvrir la ville (sans mes enfants), je vous propose de nous quitter avec Cécilia 🙂

Dans le prochain épisode : nous visiterons un château extraordinaire et une vallée souterraine … et les filles seront presque sages !

Aimer c'est partager !

20 comments
  1. Itinera Magica

    Jolie chanson !
    Ahlala le récit de l’horreur… je suis navrée, j’imagine le cauchemar pour vous deux… j’avoue que ton récit conforte ma vocation à l’infertilité ;))) même si je me doute qu’il doit y avoir plein de moments où elles sont merveilleuses.
    Tu n’as pas vu le pont avec un dragon ? J’arrête pas de voir passer des photos sur Insta et je commence à me demander s’il existe en vrai !

    1. mitchka

      Si j’ai vu le pont avec le dragon mais je ne sais pas, j’ai dû tomber dans un trou noir à ce moment là, je ne l’ai pas pris en photo. Mais c’est aussi parce que j’ai trouvé les autres ponts plus jolis … la dragon ne fait pas le pont 🙂
      Mais sinon, oui HEUREUSEMENT il y a des jours beaucoup plus sympas (comme celui là https://fishandchild.org/verone/ et ils sont plus nombreux que les autres mais bizarrement ce sont les journées loose que j’aime raconter !)

    1. mitchka

      Mais Simon & Garfunkel c’est Mrs Robinson, tout ça … c’est magnifique !! argh ….
      Mais oui, sinon, Ljubljana c’est une superbe ville, que je recommande 1000 fois !!

  2. chachaaventuriere

    Même quand ta journée est un cauchemar t’arrive à nous faire rire & à partager la beauté du lieu en même temps. You are fabelous ! Belle ville au passage.

  3. Laura

    Ah ah ça me rappelle quelques souvenirs avec hélio quand il s’accroche à ma jambe et ne veut être porté que dans les bras (sachant que j’ai les biceps d’un mollusque). Vu que c’est moi qui prend les photos c’est pas très évident. Je crois que quand on est parents voyageurs il faut accepter de faire ce qu’on peut. Parfois faire moins l’esprit tranquille vaut mieux qu’un duel sans fin. En tout cas merci pour cet article sincère, sans langue de bois et drôle !

  4. Pauline

    J’ai vraiment cru que la rue s’appelait « La rue des bancs », tu devrais déposer l’appellation !
    Par contre, si un jour tu cherches une baby-sitter ne lui fait pas lire cet article ^^

  5. tiphanya

    Heureusement que tu as pu prendre quelques photos, qui finalement nous donne envie d’y aller quand même (sans tes filles). Je me rends compte que j’ai quand même de la chance (enfin en y pensant je ne sais plus trop). J’ai une fille qui adore voyager, donc tant qu’on est en mouvement ça va. Cette année, je n’ai le souvenir que d’une journée terrible (mais elle avait commencé par une mauvaise nuit, j’aurai du me méfier). Par contre sans mouvement, dans la vie sédentaire, la moindre sortie en ville peut virer au cauchemar !

    1. mitchka

      Bouger, elles aiment ça. Mais en ville c’est toujours compliqué … il y a des exceptions, à Vérone, elles se sont éclatées et ont marché toute la journées jusque tard le soir, sans râler une seule fois. A Venise pareil … mais c’est pas vraiment une ville. En fait, ça dépend surtout de l’humeur de la grande, si elle est de bonne humeur, elle va être intéressée par tout, et ce sera super …par contre si elle est dans un mauvais jour, t’es sûre que tu vas passée une journée de merde, parce que, comme si une ne suffisait pas, la petite va se calquer sur sa sœur. Et, oui, chez nous aussi, au quotidien, sortir de la maison semble une aberration !

  6. famillefrancetrotteuse

    Alors la j’adore ce passage : « on passe notre temps à vous faire plaisir, et là, on vous demande de passer une journée en ville, une seule, et vous nous gâchez la journée : vous n’êtes vraiment pas sympas » !! Je ne vais surement pas te rassurer mais c’est encore la même phrase que nous sortons à nos trois boulets en vacances et pourtant ils sont grands. Nous rajoutons même une menace de malade « l’année prochaine on part sans vous, vous resterez à Paris avec mamie !!! » Genre la bonne blague même pas peur les ados 🙁 🙁 !!
    Les aléas des vacances en famille et encore si toi elles te font la tempête en même temps j’avoue c’est violent mais après ça passe, nous ils ne sont pas synchro ils y en a donc toujours un qui râle ou qui boude mais jamais le même…Mais bon que veux tu on les aime quand même !!
    Bon cela dit la ville est magnifique en photo en plus on ne s’aperçois de rien, à les regarder on croirai que vous avez visitez la ville mains dans la mains la fleur au bec en chantant lala le stroumpf lala….:) 🙂

    1. mitchka

      oui, je crois que ça ne s’arrêtera jamais … les enfants sont programmés pour râler et nous, nous sommes programmés pour les aime quand même 🙂

  7. Jerome

    Ce récit me rappelle bien des souvenirs, heureusement maintenant ils sont grands et c’est quand même plus facile. En tout cas les photos ont conforté mon envie de passer par ljubljana lors de mon séjour en Europe. Est-ce que 3 jours sont suffisants pour bien visiter la ville et ses environs ? On recherche surtout le calme et 0 voiture pour changer de New York 🙂

    1. mitchka

      Bonjour Jérôme … alors je pense que oui, Ljubljana doit être bien plus tranquille que New York :p
      3 jours pour visiter la ville c’est suffisant : vous aurez le temps de tout voir sans courir et sans voiture ! Pour les environs, il vous faudra un peu plus de temps puisqu’on est vite en pleine campagne donc on a besoin d’une voiture pour circuler.

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)