Loading...
étangs autour de la presqu'île de Maguelone -Hérault
FranceMade In Hérault

Des flamants roses, Charles Martel et un petit train

étangs autour de la presqu'île de Maguelone -Hérault

Ces derniers temps, j’avais très envie de voir des flamants roses. Oui je sais, ça peut paraître étrange, mais c’est le genre de chose qui ne se maîtrise pas. Et, après notre échec cuisant lors de notre sortie à la réserve de Bagnas, mon désir de voir des flamants roses était plus fort que jamais !

C’est pourquoi, il y a quelques semaines, j’ai voulu traîner ma famille au grand complet sur les étangs héraultais en espérant voir ces oiseaux. Et c’est ainsi, qu’au hasard d’une recherche google map, nous avons découvert un lieu hors-norme : une cathédrale perdue au milieu des eaux.

Si la Normandie a le Mont-Saint-Michel, l’Occitanie a……….. Maguelone.

Maguelone, une longue Histoire…

Vu du ciel, le site ressemble à ça :

Vue-aérienne-©Castelet-630x420
©Castelet/sitesdexception.fr

Je ne sais pas vous, mais moi, lorsque je suis tombée sur cette photo, j’ai été prise d’amour pour le lieu immédiatement. Quelques clics plus tard, j’ai vu des flamants roses se dorer au soleil dans les étangs alentour… il ne m’en fallait pas plus.

Une route étroite relie l’îlot de 30 hectares à la terre ferme. Dès notre arrivée, alors que nous roulons sur l’eau, nous saluons un premier groupe de flamants roses. Le décor est planté, et c’est beau.

Les voitures garées, nous passons en convoi exceptionnel (Jac, les filles, ma sœur, mes parents et moi) le petit pont de fer qui permet de rejoindre la presqu’île. Là, un petit train attend ses passagers. De ma vie, je n’avais jamais pris de petit train, et je ne pensais pas vivre cette expérience ce jour-là… mais, une enfant entraînant un grand-parent, en moins de 2 minutes sans l’avoir décidé, nous étions dans le petit train. (Il faut savoir vivre de nouvelles aventures !)

Cinq minutes plus tard, nous voilà largués au bord d’un chemin de roseaux. Là encore les flamants roses meublent le paysage élégamment.

À l’abri, derrière la haie de roseaux, on découvre des vignes, et au loin les vestiges du siège épiscopal de Maguelone. Je ne vais pas vous faire croire que le moment est intense en émotions, car, à ce moment-là, je ne connaissais rien de l’Histoire du site. ^^

cathédrale de Maguelone - Hérault

L’îlot de Maguelone fut occupé dès la protohistoire, c’est donc une trèèèèèès longue histoire qui s’offre aux visiteurs.

Si de l’âge du bronze (entre 3000 et 1000 av.J.-C.), n’a subsisté que quelques céramiques, on trouve par ailleurs les traces d’un domaine agricole ayant existé sous l’âge de fer. Aussi, très tôt dans l’Histoire, peut-on constater l’intérêt que les hommes portent au site. Ce que je trouve assez remarquable, car, perso, si j’étais née en 1300 av. J.-C., je ne suis pas certaine que j’aurais choisi un îlot facilement inondable, sans eau douce (ni électricité, ni wifi), perdu au milieu des étangs et gavé de moustiques pour m’installer… mais c’est compliqué de discuter le choix des peuples ayant vécu avant nous… Et la position de Maguelone, entre mer et lagune, fait du lieu un abri naturel facile à défendre… ceci explique sûrement cela. Car, rappelons-le, les actualités durant l’antiquité ou le Moyen-âge n’étaient pas beaucoup plus sympas qu’aujourd’hui.

À partir du IIe siècle av. J.-C., Maguelone semble se peupler doucement, mais sûrement jusqu’au VIe siècle, période à laquelle une première cathédrale est construite.

De cette première cathédrale il ne reste que quelques traces archéologiques, puisqu’au VIIIe siècle, Charles Martel, un peu agacé par de récents échecs personnels, décide de détruite et/ou brûler tout ce qui se trouve sur son passage entre Narbonne et Nîmes : c’est ainsi que Béziers, Agde et Maguelone perdent fortifications, châteaux, églises, etc.

S’en suit une mauvaise passe pour l’île qui ne revit que deux siècles plus tard. C’est au XIe siècle que la reconstruction de la cathédrale est lancée par l’évêque Arnaud. Le nouvel édifice est entouré de fortifications (l’heure est à la défense), et un pont est bâti pour relier l’île au continent. La communauté religieuse nouvellement installée vit au rythme des règles de Saint-Augustin : chasteté, pauvreté, obéissance, charité, pratique de la prière et du jeûne (une vraie partie de plaisir), mais aussi accueil « des pèlerins, des pauvres et des lépreux, des juifs et des sarrasins »*… une hospitalité qui va perdurer durant plusieurs siècles.

Suite aux fayotages de Pierre de Mergueil (un gars du coin) auprès du souverain pontife, le Pape Urbain II séjourne sur l’île en 1096, et déclare l’église de Maguelone « la seconde après celle de Rome »… rien que ça !!

Cette reconnaissance va entraîner un âge d’or pour l’île, devenue presqu’île. Entre le XIIe et XIIIe siècle, on construit une plus grande cathédrale, un cloître à deux niveaux, des bâtiments d’habitation pour l’évêque et les chanoines, mais aussi pour pouvoir continuer à assurer l’hospitalité.

Mais, l’évêché de Maguelone (devenu the place to be des papes et de l’église en général) va, au XIVe siècle, rentrer en conflit avec les rois de Majorque, nouvellement seigneurs de Montpellier. Petit à petit, les privilèges dont jouit la communauté de Maguelone vont se réduire, ajouter à cela des conflits internes au cœur de l’église et des problèmes financiers. En quelques années, l’évêché perd de sa superbe et de sa puissance. C’est Richelieu en 1632 qui sonnera le glas final en demandant la destruction totale du site (à l’exception de l’église et d’un petit logement) pour éviter que des opposants au régime ne s’y réfugient.

Le site est classé Monument Historique en 1840, mais il faudra attendre 1852 et l’acquisition des derniers murs par la famille Fabrège pour voir le site reprendre un peu d’allure. C’est Frédéric Fabrège qui, pendant près de cinquante ans, va fouiller les lieux, va mettre à jour l’Histoire colossale de l’île, et restaurer la cathédrale et ses autels, etc….

En 1949, la famille Fabrège lègue la presqu’île à l’évêché de Montpellier avec l’obligation de trouver une mission sociale au lieu : ainsi naît quelques années plus tard l’association Les Compagnons de Maguelone.

Autour de la cathédrale, un petit parc, mais aussi un restaurant, un potager et un domaine viticole accueillent les visiteurs. L’ensemble est géré par Les Compagnons de Maguelone, qui a vocation à accueillir, accompagner et insérer les personnes en situation de handicap dans la vie sociale et professionnelle.

N. B. Un banc de sable relie la presqu’île à la plage de Palavas-Les-Flots, et un petit train fait la navette entre les deux lieux. Aussi, après la visite, pouvez-vous envisager la baignade !!

Nous sommes encore loin d’avoir fait le tour du département, mais à ce jour, Maguelone me semble être un des plus beaux lieux de la côte héraultaise : Histoire, vin, baignade, oiseaux… que demander de plus ?

Voilà comment une envie de flamants roses nous a amené à découvrir tout un pan de l’Histoire de la région… et à prendre le petit train 🙂



Maguelone en pratique :

  • L’accès se peut se faire par Villeneuve-lès-Maguelone ou Palavas
  • La visite de la cathédrale et le petit train sont gratuits
  • Le parking est payant et obligatoire – 4€ tarif unique

 



Pour en savoir plus, je vous conseille : *L’histoire de complète de MagueloneLa véritable histoire de Charles Martel

 

La presqu'île de Maguelone, son histoire et son environnement, par Fish & Child(ren)

Aimer c'est partager !

17 comments
  1. Sabrina

    Tout ça pour un piaf au bec rose.
    Sérieux je suis vraiment contente de te lire et de me dire: « Mais finalement c’est vraiment chouette l’Hérault » . C’est que longtemps j’ai été fâchée avec ce coin, avec même la Méditerranée c’est pour dire (que veux tu les déceptions du passé)
    Quelle belle balade au fil de l’eau comme au fil de l’Histoire.
    Tiens à propos l’été dernier on fait une fixette aussi sur les flamants roses…

    1. mitchka

      olala… est ce que tu te rends compte ce qu’il se passe en ce moment même dans la blogosphère ??? Je suis train de changer d’avis sur Paris grâce à toi, et toi tu changes d’avis sur l’Hérault … c’est un peu magique quand même, je trouve ^^

  2. chachaaventuriere

    Moi qui rêve de voir des flamands roses me voilà servi… tu te rends compte que là, je ais devoir descendre te voir rapidement maintenant

  3. Alexandra

    Première observation : Charles Martel, c’était un sacré emmerd… euh pardon, caractériel quand même, ça doit être pour ça que tous les fachos de service l’adorent.
    Deuxième observation : tu me fais grave kiffer l’Héraut. Et en plus la cathédrale de Maguelone, j’en rêvais. Bien envie d’y sortir le drone !
    j’adore !

    1. mitchka

      Le problème avec les emmerdeurs c’est que même lorsqu’ils sont morts il y a d’autres co****** pour continuer à en parler !! Mais ce n’est pas le sujet … effectivement, quand j’étais sur place, j’ai pensé au drone, ça doit être top ! le mieux ce serait un tour en montgolfière au dessus … <3

  4. Cecile

    Et bien en voilà une sacré histoire pour un si petit bout de terre. Belle balade en tout cas dans ce beau département qui paraît finalement très chouette (suis un peu comme Sabrina je garde un bof souvenir d’un été surpeuplé près de Valras du coup zou tout le départ à dégringolé dans mon classement). Et surtout je trouve formidable la reconversion social du lieu chapeau rien de mieux pour repartir du bon pied

    1. mitchka

      oui c’est un sacré destin pour quelques kilomètres carrés de terre !! moi aussi j’aime bien l’idée que ce soit redevenu un lieu d’accueil, ça embellit encore un peu plus le lieu 🙂

  5. Alex

    Que c’est beau !! J’adore quand tu partages tes promenades dans l’Herault car, à part Montpellier, je n’y connais rien et j’adore (deux fois j’adore dans la même phrase, tu es une privilégiée ^^) découvrir ce département grâce à tes articles. Les photos de la cathédrale sont superbes et puis tout le reste aussi. Merci pour cette belle découverte (notamment sur l’histoire du site et sur Charles Martel) que je m’empresse d’ajouter à ma carte ^^

  6. Lucie - L'occhio di Lucie

    Je n’en ai JAMAIS entendu parler et pourtant c’est merveilleux !! Je n’en reviens pas, voilà que j’ai hâte de rentrer en terre natale pour mieux la visiter…
    Sinon, le sachiez-tu, il paraît que les flamands roses sont roses à cause de leur alimentation composée principalement de crevettes… info ou intox, à toi de voir ! Par contre, le nom de l’animal vient de l’occitan et de l’idée de quelque chose de flambant comme une flamme (encore une référence à leur couleur ou je ne m’y connais pas). Et ça, je l’ai cherché dans le dictionnaire donc tu peux te fier 😛

    1. mitchka

      je ne veux pas te vexer mais même ma fille de 3 ans sait que les flamants roses sont roses à cause de leur alimentation ^^
      En tout cas, je suis étonnée que tu ne connaisses pas, c’est vraiment pas loin de Sète. On visite jamais assez sa ville.

  7. Lauriane

    Bah dis donc, ça a l’air drôlement chouette cet endroit dont, moi non plus, je n’avais jamais entendu parler ! Tu nous as appris plein de trucs, à moi de t’apprendre quelque chose sur les flamants roses. Sais-tu qu’ils ne nichent qu’à un seul endroit en France; aux Saintes Maries de la mer (l’un des deux seuls endroit en Europe) ! On croit bien les connaître et en fait ils nous cachent des choses 🙂

    1. mitchka

      figures toi que je le savais déjà car on nous l’a dit le mois dernier lorsque nous sommes allés en visite guidée à la réserve de Bagnas !
      mais merci de ton intervention !! 🙂

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)