Loading...
oiseaux à Anacortes
Etats-UnisWashington

Sur la route des Iles San Juan (et petites galères … )

oiseaux à Anacortes

Je vous avais quitté en plein problème d’ingénierie automobile (Previously on Fish & Child), à savoir notre coffre de voiture ne fermait pas, nous n’avions pas trouvé le bureau AVIS de Port Angeles pour demander le pourquoi du comment, nous avions un bateau à prendre à Port Townsend… bref nous passions une journée un peu pénible malgré notre halte au lac Crescent.

Nous sommes arrivés à Port Townsend une heure avant le départ de notre ferry, malheureusement avons juste eu le temps de voir deux boutiques et de m’acheter un nouveau chapeau (cf. Re – Previously on Fish & Child)… c’est bien dommage, cette petite ville semblait sympathique.

Nous avons pris le ferry pour Whidbey Island, et avons commencé à ressentir le bien être que dégage les îles du Puget Sound. L’après midi avait été un peu, pour ne pas dire beaucoup, foireuse mais tout d’un coup sur ce bateau nous nous sommes sentis mieux.

Nous avons traversé Coupeville et pris la route en direction du nord ; nous avions décidé de faire étape à Oak Harbor. Oak Harbor, aux premiers abords c’est une de ces villes-route, comme Forks (et bien d’autres que nous traverserons) ; mais si on prend le temps de chercher, on trouve au bord de l’eau, un tout petit centre ville plutôt agréable.

Mais commençons par le commencement (Je vous le dis tout de suite ça va être long, donc si vous voulez écourter votre souffrance, allez directement aux photos plus bas, y’a même une carte, c’est folie ! ). Nous sommes arrivés à Oak Harbor épuisés. Jac est rentré seul dans le motel pour récupérer la clé. Au bout de quelques minutes, il ressort furax en me hurlant qu’il ne comprend rien, que le mec est hyper désagréable, bref il n’était pas content. Je sors les filles, je ferme virtuellement la voiture et je le rejoins. Effectivement comprendre ce monsieur n’était pas chose aisée, il parle anglais avec un accent asiatique assez terrible mais passons. Il nous fait tout un flan parce que je n’ai pas ma carte bleue (avec laquelle j’avais réservé et que j’avais oublié sur le bureau en voulant commander des vignettes Panini Reine des Neiges avant de partir – lire ou relire Notre départ difficile) et donc il lui faut mes papiers, les papiers de Jac … il nous explique qu’il veut vérifier que nous n’avons pas volé la réservation de quelqu’un d’autre ! C’est vrai qu’un motel Acor Motor Inn au bord d’une route nationale avec vue sur un supermarché à droite, à gauche et en face … il y a de quoi attiser les convoitises, c’est sûr … Après avoir vérifier que nous n’étions pas des bandits de grands chemins, il nous donne notre clé. Vous comprendrez qu’après les 4h30 de route (dont 1h à chercher une agence de location de voitures inexistante), et les 20 minutes passées à discuter pour obtenir notre clé de chambre, nous étions un chouïa sur les nerfs, l’effet ferry/bleu de la mer/chant des oiseaux avait déjà complètement disparu. C’est donc avec une joie immense que nous avons ouvert notre chambre. Et c’est avec une surprise immense que la jeune femme qui se trouvait dans la chambre nous a vu débarquer tous les quatre ! Le gars nous avait donné une chambre occupée… La fatigue, les nerfs, tout ça, on a pris un fou-rire à ne plus pouvoir s’arrêter, on aurait pu nous prendre pour des fous tant on riait. Le gars était défait, tout à fait désolé, et nous on pleurait (littéralement) de rire …

Un quart d’heure plus tard, après qu’il ait téléphoné au deux tiers de la ville, ou de sa famille ( je sais pas) nous avons fini par avoir notre chambre.

Et là, bien sûr nous avons vidé toute la voiture, entièrement, puisque notre coffre ne fermait toujours pas. Ah oui ! J’oubliais de vous dire aussi ; au bout de 3 jours, nous n’avions toujours pas réfléchi à faire le plein or le réservoir bien sûr commençait à frôler la panne sèche… mais le souci c’est qu’on ne savait pas quel carburant mettre ! ( t’en veux du roadtripers ! ). C’est là, que je m’aperçois être la plus désorganisée des personnes organisées !!

Sur tout ça, nous sommes sortis manger. J’ai vu sur la carte une rue nommée « Pionner Way », j’en ai conclu que ça devait être le centre historique de la ville. Et c’était bien ça ( quel génie ! ). Bon, faut pas vous imaginer l’île Saint-Louis version Whidbey Island, c’est simplement une rue plus petite que les autres avec quelques sculptures, quelques petits restos et deux ou trois boutiques. Deux personnes nous ont arrêté pour nous indiquer un lieu de promenade un peu plus bas (oui les gens sont comme ça là-bas, partout, tout le temps, les gens venaient nous voir pour proposer leur aide, nous conseiller tel ou tel truc… des gens sympas quoi !!) , au bord de l’eau.

Nous y sommes allés, et c’est vrai, c’était sympa.

Le hasard nous a amené à manger au Rustica, un café/wine bar/restaurant, tenu par une allemande adorable. Nous avons très trop bien mangé et nous commencions enfin à nous détendre pour de bon.

Le lendemain, debout à 6h comme à notre habitude, Jac est sorti faire le plein (enfin c’était l’idée mais il ne savait toujours pas ce qu’il fallait mettre dans la voiture)… et là, dans une station essence, il a vu la lumière.

Tout d’abord, il tombe sur un jeune homme qui travaille à la station, très sympa le gars lui indique ce qu’il faut mettre dans la voiture, puis il lui explique qu’il a passé du temps en Allemagne, il commence à lui parler allemand… Jac lui explique qu’il ne parle pas allemand (c’est pas chelou de penser que tous les français parlent allemand ? Bref …) et tout le monde rigole !

Et dans tout ça, un problème de réglé.

Alors qu’il s’apprête à mettre de l’essence, un autre automobiliste s’arrête faire le plein, il a l’air sympa, il va le voir, il discute, le gars lui confirme le carburant conseillé plus tôt, et Jac lui explique notre problème de coffre. Le mec prend la clé, ferme, tente d’ouvrir les portes, elles sont fermées, tente d’ouvrir le coffre, il est ouvert. Le mec referme le coffre, verrouille, et s’éloigne avec la clé (vous sentez venir la chute?), il dit à Jac de tenter d’ouvrir ce foutu coffre, et là il est fermé. Explication : le coffre, et seulement le coffre, se verrouille automatiquement dès que la clé de la voiture s’éloigne et se déverrouille dès que la clé s’approche. Donc notre coffre a toujours, je dis bien TOUJOURS, été verrouillé.

Voilà, voilà. Comment se prendre la tête pour RIEN ! C’est bien nous ça : Total Fish&Child Attitude !

Bon, il était pas 7h, nous avions réglé deux problèmes et évité de prendre la honte de notre vie en allant râler dans le prochain bureau AVIS.

La journée commençait donc bien.

Nous sommes descendus prendre notre petit-déjeuner. La journée continuait moins bien.

Un café horrible était accompagné de beignets abominables, il n’y avait pas de lait pour les filles. Alors moi, vous le savez (vous le savez peut-être pas mais maintenant vous le saurez), qui adore petit-déjeuner, j’étais en plein désarroi.  Il y avait un Starbucks de l’autre côté de la route, nous n’avons pas trop cherché à comprendre, et comme de bons américains, nous avons pris la voiture pour traverser la rue… faut dire que la rue c’est une deux fois deux voies, et même à 7h elle est bien fréquentée.

Le Starbucks était hébergé dans un supermarché. C’est là que nous avons découvert que les supermarchés étaient ouverts de 7h à 22h, 7/7, même dans un trou comme Oak Harbor.  Donc en plus de prendre notre petit dej, nous avons pu faire deux courses avec notre mug de café géant, car bien sûr, l’américain est prévoyant, il y a un porte-gobelet sur les caddies. Ces mecs n’ont pas encore inventé le pommeau de douche amovible (une autre longue histoire… je vous la raconterais si vous êtes sympas) mais ils ont installé des portes gobelets sur leur caddies… ça fait réfléchir … si on a envie d’y réfléchir…

Re-Bref.

Nous, qui passons notre vie à attendre que le monde se réveille car nous sommes toujours debout deux heures trop tôt, on commençait à se sentir bien en Oak Habor ! Nous aurions bien aimé y rester, faire le tour de Whidbey Island, nous poser …

Mais un autre ferry nous attendait à Anacortes, à une demi heure au nord.

Nous avons passé Deception Pass dans un épais brouillard, beaucoup trop épais pour qu’il y ait un intérêt à s’arrêter donc vous irez taper « Deception Pass, Whidbey Island » sur Google Image si vous voulez voir ce que c’est… parce que nous, beh on a vu que ça :

Impressionnant, non ?!!

Nous avons rapidement rejoins Anacortes, porte d’entrée des Iles San Juan. Alors que nous attendions de monter dans le ferry, nous avons eu le plaisir d’observer longuement les hérons bleus qui traînaient en bande sur le rivage.

Là où les hérons prennent le soleil, quelques bouts de bois restent debout pour raconter aux touristes qu’ici vivaient des hommes, des pêcheurs, dans des maisons sur pilotis emportées par les tempêtes il y a bien longtemps …

C’est sur cette petite anecdote nostalgique que nous avons pris notre ferry en direction de Friday Harbor, et fait « Whaoououh » pendant une heure. Et c’est sur les flots du Puget Sound que je vous laisse et vous dis A bientôt, pour d’autres aventures palpitantes …

1601 mots pour vous raconter comment on a compris comment fonctionner notre voiture…. ça va être long cette histoire 🙂 ( 1620 maintenant !)


C’est le moment du Point Route !

Six nuits après notre arrivée, nous en étions là …

5 comments
    1. Lolita

      J’aimerais bien savoir qu’a pense le mec qui a montre a Jac comment utiliser le coffre, il a du bien rire interieurement… J’aurais aussi aime voir la tete de Jac sur le coup! Et la tienne, je te vois bien te marrer/moquer! Bref – c’etait LE moment a prendre en photo!

      (je taf avec un clavier anglais donc vous excuserez l’absence d’accent sur mes mots)

      1. Fish & Child

        ah oui je me suis bien marrée… non parce qu’il était border line depuis 24h avec son histoire de coffre…je voyais le moment ou il allait insulter AVIS pour nous avoir donné une voiture défectueuse ! bon c’est bien nous de nous prendre la tête pour rien !!

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor. consectetur commodo venenatis, risus. quis, leo. id, at