Loading...
Voile aurique // Week-end à Sète avec #EnFranceAussi
FranceMade In Hérault

Nous partîmes 15 dans le port de Sète (pour #EnFranceAussi)

Voile aurique // Week-end à Sète avec #EnFranceAussi

Encore un article sur Sète ?? Oui, oui, je sais, c’est le troisième… vous allez croire que je fais une fixette… oui, mais voilà, Sète est une ville pleine de surprises, et chaque balade sur l’île singulière apporte son lot de découvertes…

Mais aujourd’hui, je vais vous parler de Sète, en tant que touriste, et non en tant que résidente pas très lointaine. J’ai eu la chance de passer un week-end parfait à Sète, avec le collectif #EnFranceAussi. Entre dégustations multiples, navigations plus ou moins aventureuses et soirée pyjama… voici le récit d’un séjour mémorable, fort en émotions, en rires, en tweets.

Quand #EnFranceAussi devient #EnFranceASete

Pour tout séjour réussi, il faut des convives sympas et motivés… en effet, il est prouvé scientifiquement que les personnes maussades et rabat-joie ne permettent pas d’atteindre un seuil de satisfaction optimal en vacances.

De ce côté-là, aucune chance de me planter : le collectif #EnFranceAussi compte dans ses rangs les blogueuses les plus bienveillantes et les plus drôles de la blogo-voyage.

Et c’est à quinze que nous avons débarqué dans le port la gare de Sète, immédiatement accueillies par les sourires de Marie-France, de l’Office de Tourisme de la ville, et de Sabrina, d’Hérault Tourisme.

À peine les embrassades terminées que nous nous engouffrons déjà dans la petite boutique de tielles artisanales Giulietta… nous y sommes enfin : je vais pouvoir regarder mes amies se régaler de poulpe !

Mais, ici, la spécialité c’est une sorte de tarte aux aubergines recouverte de parmesan… c’est excellent, mais personnellement, je préfère rester sur la tielle traditionnelle. (Team #PoulpeForever)

C’est dans une arrière-salle du Georges Hostel que nous allons nous attabler autour de ces spécialités sétoises pour nous retrouver, ou nous rencontrer.

Le lieu se prête parfaitement à l’événement, l’auberge est chaleureuse, ses propriétaires accueillants. Ce week-end #EnFranceASete s’annonce sous les meilleurs hospices.

 Entre les canaux, la ville

Les ventres remplis, les sacs déposés dans nos dortoirs, et les baskets aux pieds, nous avons commencé à arpenter la ville. Pour cette première sortie, je deviens le GPS du groupe. Les filles ont passé plusieurs heures dans le train, le soleil brille haut, je décide que les musées et autres visites peuvent attendre… nous grimpons dans le quartier haut à la recherche des œuvres du MACO.

On fouille le fond des ruelles pour admirer le street-art qui s’y cache, on admire les longues perspectives qui mènent jusqu’à la mer, et peu à peu l’histoire de Sète se raconte.

Sète est très jeune, elle n’a pas le charme d’une ville médiévale, ici, pas de label, pas d’emballage. Sète est une ville portuaire, une ville de pêcheurs et d’ouvriers, vivante et bruyante. Elle s’accroche au mont Saint-Clair, encerclée par l’eau : d’un côté la mer, de l’autre l’étang de Thau, et au milieu les canaux… Sète n’use pas de la pierre pour vous séduire, mais utilise sans vergogne sa situation et ses habitants pour vous charmer… et ça marche.

Après être montées toujours plus haut, nous sommes dirigées vers l’embarcadère du canauxrama. Les rues et ruelles laissent place aux canaux.

Le parcours et le discours de notre guide-canotier sont bien ficelés, entre anecdotes et galéjades, notre croisière s’amuse sous le soleil pendant quarante-cinq minutes, du port à l’étang en passant par la pointe courte…

Du vin, de la soupe et des zézettes (de Sète)

Une fois notre balade sur les flots terminée, nous voilà prêtes à remanger ! Nous passons à l’auberge faire peau neuve (ou faire semblant de), on boit un perrier (enfin moi), et nous repartons en goguette… cette fois-ci, on sort de Sète… nous voici sur la route des étangs et flamants roses : Vic-la-Gardiole nous voilà pour une soirée dégustation. Rien que ça !

La soirée, organisée au Mas Rouge, est donc tournée vers la découverte du terroir sétois, mais aussi vers le jeu. Marie-France semble avoir le jeu dans le sang, et elle nous a concocté un joli QCM à remplir tout au long de la soirée…

Mais avant d’éveiller nos papilles, nous avons fait le tour du propriétaire avec… le propriétaire ! Oui, je sais, c’est la classe, hein ?

Julien Cheminal prendra donc quelques minutes pour nous raconter comment il a repris le vignoble en 1997, l’a rénové, modernisé, tout en sauvegardant l’histoire du lieu.

Je ne bois plus de vin depuis longtemps, mais j’adore visiter les domaines, il y règne une atmosphère particulière, comme un amour du travail qui traînerait entre les tonneaux, et une odeur que j’adore, qui ressemble à celle qui planait dans ma cave quand j’étais petite… voilà, pour la madeleine de Proust ^^

Une fois, le cadre posé, nous avons pu goûter les différents vins du Mas Rouge, et dégusté une myriade de spécialités sétoises choisies avec soin. Des tartinades Azaïs-Polito, plus ancienne conserverie de Sète, aux zézettes de l’incroyable Gaston Bentata, on se régale à chaque escale ; et nous continuons à table par une macaronnade préparée par la confrérie des 1001 pâtes… enfin, pour bien clôturer ce repas, nous accueillons Lydia et Denis Benito, fabricants de glace.

Les glaces de la Bouline - Sète
Les glaces de la Bouline

Les histoires qui se cachent derrière chaque produit nous font sourire, ou nous bouleversent : de la zézette inventée sur un bout de table, aux glaces de Lydia sorties d’une reconversion très tardive… j’ai découvert à travers ces produits des parcours de vie, une identité régionale très forte, et une volonté d’offrir le meilleur.

Des raviolis, du vent, et des chants

Le lendemain matin, c’est dans la joie et la bonne humeur (et ce, malgré le réveil militaire que j’ai infligé à mes compagnes de dortoir) que nous débutons la journée dans les Halles, comme tout bon sétois qui se respecte !

On se balade un peu le nez en l’air, puis nous nous retrouvons, les mains dans la farine, dans l’atelier de fabrication de pâtes de la Maison Politi. Au cas où vous ne sauriez pas, Sète, c’est un peu une annexe de l’Italie !! Alors rien de plus normal que de trouver en son cœur un couple de traiteurs italiens, qui, chaque année, arpentent la botte dans tous les sens pour y dénicher les meilleurs produits.

C’est d’ailleurs là que nous avons fait le plein de jambon et de fromage avant de prendre la mer.

En effet, sur les quais du port de plaisance, nous attendent Pierre, Pascale, Diego et Ingrid, de l’association « Les voiles auriques ». Nous allons naviguer, mais pas n’importe comment, sur n’importe quoi. Nous allons suivre le vent sur de vieux gréements : une expérience que je souhaite à tous ceux qui sont fascinés par le large.

Nous divisons notre groupe en deux équipages, et j’embarque sur Vagabond accompagnée de quatre de mes amies, ainsi que nos skippers Diego, et Ingrid, 16 ans, élève au lycée maritime, et résidente à plein temps du voilier !

Nous passerons presque 4 h sur l’eau, non loin de la côte, tantôt à manger, tantôt à se raconter, ou à nager. Un moment suspendu qui nous a enveloppés entièrement, à en oublier la terre et ses turpitudes.

Equipage du Vagabond - voile Aurique / Sète

Nous rentrons au port pour mieux retourner sur l’eau, on échange alors nos gréements contre une demi-douzaine de kayaks, et nous voilà parties voguer au plus près des écumes. Nicolas, notre guide, nous conduit à la sortie du port, nous passons le môle, et c’est déjà la pleine mer (ou presque). Quelle sensation folle de faire du kayak dans la Méditerranée.

Sète en kayak
Point regroupement pour un petit topo historio-géographique avec Nicolas © Estelle -Curiosity Escape

À peine les kayaks sortis de l’eau qu’il est déjà l’heure de prendre un peu de hauteur, avant d’aller guincher sous les étoiles au bord de l’étang. Notre Pénélope Jolicoeur, alias Marie-France, nous guide jusqu’au sommet du mont Saint-Clair pour avoir une vue d’ensemble de la ville… Sète dans l’obscurité, éclairée par les réverbères et les foyers nous apparaît alors… magique !

sète la nuit depuis le belvédère du Mont Saint-Clair

Quelques photos plus tard, nous sommes déjà en train de dîner, debout, dansant en rythme, chantant en chœur… Ce soir c’est brasucade et concert chez les kitesurfeurs. Nous voilà chez Magic Bruce, nous déhanchant (certaines plus que d’autres) devant le groupe sétois, Amendonné.

Une soirée épique qui venait clôturer une journée folle.

[Je ne mets pas de photo afin de ne pas nuire à la réputation de certaines de mes collègues blogueuses]

Au bord de la mer, la lagune

Dimanche matin, nous prenons le chemin d’Agde, non pas que j’avais prévu un apéro géant à la maison pour fêter la venue dans le sud de mes collègues, mais pour aller à la réserve naturelle du Bagnas. À cheval entre Agde et Marseillan, ou plutôt faisant le lien entre les deux communes, la réserve est un site protégé, une multitude d’étangs à quelques mètres de la lagune de Thau, qui abrite aujourd’hui de nombreuses espèces d’oiseaux sédentaires et migrateurs. C’était ma deuxième visite sur le site, bien moins embrumée que la première, et je trouve toujours le lieu magique.

Il suffit de prendre les jumelles pour observer toutes sortes d’espèces pataugeant gaiement dans les étangs (oui, oui, les oiseaux, les grenouilles, les tortues, etc., pataugent gaiement !!), alors que nous sommes à 3 ou 4 km seulement de la ville.

Je remercie chaleureusement Hélène, notre guide, pour ses explications passionnées qui nous permettent de mieux appréhender le lieu.

Des flamants roses plein la tête, nous nous installons à midi sur la terrasse de l’Atelier & Co, mais la fatigue accumulée la veille se fait sentir… Aurions-nous traîné en pyjama dans les rues de Sète pour relever un défi un peu trop tard dans la nuit ?? 

Les huîtres succèdent aux moules, qui succèdent à d’autres huîtres… Les ventres se tendent, pendant que le propriétaire nous parle de son métier et de son avenir. Dans 30 ans, dans la lagune de Thau, il n’y aura plus rien, plus de moules, plus d’huîtres, l’eau sera trop chaude. Le repas devient amer devant cette triste réalité… On essaye tout de même de profiter du cadre, du soleil, de ces moules, on regarde l’horizon haché par les installations ostréicoles, sans trop penser à demain.

Domaine ostréicole Atelier & Co - Etang de Thau
Domaine ostréicole Atelier & Co

Avant de nous séparer, Marie-France et Sabrina nous conduisent au Spa thermal O’Balia de Balaruc. Mais je crois que nous sommes alors toutes bien trop épuisées pour en profiter pleinement. Nous barbotons comme des baleineaux dans un coin, puis dans un autre… on hésite entre les différentes piscines, on essaye quelques jets d’eau, mais la fatigue ne nous laisse pas le loisir de lutter contre eux… Certaines, plus téméraires, font un tour au hammam ou au sauna… Pour ma part, je continue de barboter… J’ai mangé plus de moules en 24 h que dans tout le reste de ma vie, et mon corps semble en prendre conscience !

Le mot de la fin

Pendant deux jours, presque trois, j’ai eu la sensation d’être une touriste chez moi (ok, ce n’est pas chez moi, mais j’y passe souvent !), et j’ai découvert bien plus de choses que je ne le pensais. J’ai été confortée dans l’idée que Sète est une ville unique, habitée par une humanité prenante (et parfois un peu bruyante – mais toujours drôle). Mon plaisir ce soir-là, rentrer chez moi, et me dire que je suis juste à côté de l’île singulière, que demain, je peux y aller et y repasser un week-end parfait.

Week-end à Sète avec #EnFranceAussi
Super team #EnFranceAussi .. et un flamant rose sétois ! © Olivia – La fille de l’Encre

Passer un week-end parfait à Sète en pratique

Où dormir à Sète ?

  • Hostel Saint-Georges, l’auberge possède des chambres doubles, quadruples, et des dortoirs – chacun y trouvera donc son bonheur !

Où acheter des tielles à Sète ?

  • Giulietta – 2 adresses : 29 avenue Victor Hugo et dans Les Halles de Sète.
  • Aux Halles, vous y trouverez de nombreux vendeurs de tielles, j’ai une préférence pour la boutique Dassé, à l’entrée principale.

Où manger une glace à Sète ?

On vous conseille les glaces artisanales de la Bouline – 23 grand ’rue Mario Roustan.

Où acheter des produits sétois de qualité ?

  • Les zézettes de Gaston vous attendent à la boutique La belle époque – 2 & 4 rue des Sauniers.
  • La conserverie Azaïs-Polito vous accueille dans ses locaux pour des visites, des dégustations et des ventes.
  • Pour faire une descente gastronomique, il y a bien sûr la Maison Politi, et pas très loin la Maison Janicot (18 Grande Rue Mario Roustan), une épicerie fine dans laquelle vous retrouverez tous les produits de la région.

Naviguer à Sète ?

  • Pour une sortie atypique, nous vous conseillons Kayak Med avec lesquels nous avons vogué au plus près des flots accompagnées par un guide adorable !
  • Pour ceux qui seraient tentés par le voilier : l’association Voiles Auriques est composée de passionnés passionnants, que nous recommandons avec beaucoup d’affection.
  • Pour les moins téméraires, l’embarcation du canauxrama saura vous séduire 🙂

Où manger des moules sur la lagune de Thau ?

L’Atelier & co vous accueille au bord de la lagune de Thau, à Loupian, pour des dégustations d’huîtres et de moules… et de vin blanc accessoirement !

Pour visiter la réserve du Bagnas

Le site n’est pas ouvert au public en visite libre, mais la réserve naturelle du Bagnas met en place différentes animations toute l’année, pour les grands, mais aussi pour les enfants. Réservation obligatoire.

Pour se détendre au soleil… (même en hiver)

Ouvert toute l’année, avec des piscines extérieures à 34 °C, O’Balia est le lieu idéal pour finir un long week-end !


Un grand merci à Marie-France de l’office de tourisme de Sète, et à Sabrina, d’Hérault Tourisme, qui, en plus de nous accueillir avec le sourire, nous ont accompagnées dans nos éclats de rire et dans de jolis instants de vie.

Pour plus de détails, de photos, d’anecdotes incongrues, vous pouvez suivre le hashtag #EnFranceASete sur twitter et / ou instagram.

N.B. : Et si vous souhaitez profiter d’un week-end à Sète pour tester le chocolatine-vin blanc, vous pouvez, j’ai ouï dire que ça se faisait…

chocolatine / vin blanc

28 comments
  1. chachaaventuriere

    Mais qui dit la vérité ? Y a des flamants roses ou pas ? Parce que sur ta photo y sont blancs
    Joli billet plein d’enthousiasme qui donne envie d’y aller dans les plus bref delais

  2. voyageuse31

    Nous ne perdîmes personne, et nous nous vîmes toujours 15 en arrivant au port ^^!
    Aie, je n’avais pas compris que tu étais une ancienne alcoolique (« Je ne bois plus de vin depuis longtemps »), désolée 🙂 !

    1. mitchka

      t’as déjà vu des mouettes ?? non parce que ça ressemble pas du tout à mes flamants roses en fait !! J’vous jure ces québécoises, ça torture les érables et ça ne sait pas distinguer un flamant rose d’une mouette …. [bonhomme qui lève les yeux au ciel]

  3. tania

    très chouette récit de ce très chouette we
    heureuse d avoir découvert Sète ainsi que sa culture très riche
    y a des filles qui font de drôles de choses qd même dans ces rencontres #EnFranceAussi je trouve

  4. Itinera Magica

    J’adore ce coin. J’étais à Sète le premier WE de septembre avec mon chéri alias le pêcheur et j’ai adoré. Les tielles, c’est excellent, je ne connaissais pas ! Je retiens les glaces 😉 J’adore les photos de vous à la piscine. Vous avez dû vous régaler !

  5. Mathilde

    Que de bons souvenirs à la lecture de ton article ! Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé lol Sète fut vraiment une très belle découverte, merci pour l’organisation et pour nous avoir fait découvrir ta région !

  6. Estelle

    C’est une chance d’habiter si proche de Sète et d’avoir l’occasion d’y retourner. C’est une chance tout court d’habiter dans cette région. C’est un peu comme si c’était les vacances toute l’année. Moi en tout cas je me suis sentie en vacances pendant ces 3 jours et oui ce weekend était parfait. Merci pour l’organisation les blogueuses sudistes.

  7. Sabrina

    J’ai une putain de nostalgie en te lisant. Sète, quel endroit merveilleux. Que de gens extra nous avons rencontrés et avec qui je l’espère garder contact.
    A propos j’ai retrouvé deux membres de l’équipe Azais-Polito hier au Printemps. C’était à l’occasion d’une dégustation. Et bien même là en plein boulot, elles nous ont donné beaucoup de temps. Nous avons papoté et papoté encore. J’ai appris encore beaucoup de chose sur cette famille.

Pour chaque commentaire laissé, nous vous livrons une licorne (frais de port à votre charge)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elementum pulvinar dolor. luctus ultricies accumsan felis vulputate, massa mi,