Loading...
Ecosse

Weak road et autres contrariétés – Isle Of Mull (Triptyque, part.1)

Jac a commencé à vous parler de ses petites parties de pêche sur l’île de Mull qui l’ont enchanté. A mon tour de m’y coller et de vous raconter ces 4 jours sur ce petit morceau de terre extraordinaire. Je pourrais faire ça vite fait avec quelques mots sur Tobermory, une centaine d’autres sur notre mini rando sur le site de Glengorm Castle et achever avec quelques photos de macareux prises lors de notre balade en bateau. Oui je pourrais. Mais en fait non ! Cette île fut une telle découverte, un tel plaisir, qu’elle mérite certainement que je lui édifie un autel au fond du jardin…. mais n’étant pas franchement bricoleuse (et la maison étant une location en plus), je vais me contenter de rédiger 3 articles. Trois articles pour partager tous les petits coins de cet île que nous avons eu la chance de découvrir, et aussi pour vous montrer la diversité des paysages que l’on y trouve.

J’espère que ce triptyque vous plaira, et je commence donc aujourd’hui avec le sud de l’île.

Quand on regarde la carte, Mull parait minuscule pourtant ses 500km de côte en font la 2e plus grande île des Hébrides intérieures et ses routes sont telles que lorsque vous êtes à un bout de l’île, vous y réfléchissez à deux fois avant de partir à l’autre bout !

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Le jour de notre arrivée, ayant 2h d’avance sur l’heure que nous avions indiqué à notre hôte, nous avons décidé en débarquant à Craignure d’explorer le sud de l’île. Les filles s’endormaient, et le ciel ne nous encourageait pas à poser la voiture pour nous lancer dans une longue marche. Alors nous avons pris la carte et après 3 minutes de réflexion nous avons décidé de chercher Carsaig Arches. Et comme nous sommes parfois un peu « jeunes », nous avons déduit de notre prospection cartographique ( sans trop chercher à vérifier – même sans vérifier du tout) que la route de Carsaig Arches devait être la même que celle de Carsaig (notre première erreur). Carsaig qui nous semblait être un village (notre deuxième erreur).

C’est donc ainsi que, fraîchement débarqués, nous prenons la route. A l’arrière ça dort, alors nous en profitons pour nous arrêter tous les 200 mètres faire des photos. La lumière, les couleurs, on en prend plein la vue. Nous sommes là depuis 15 minutes et déjà nous sommes amoureux.

Nous avons la sensation de voir le monde avec un filtre devant les yeux.

C’est donc dans cet environnement magique et animés d’un enthousiasme débordant que vous avons tourné à gauche peu après avoir pris cette dernière photo sur la route A849. Nous sommes passés devant un panneau « Weak Road », et en s’engageant Jac m’a demandé « ça veut dire quoi Weak Road ? » et j’ai répondu « boh, on verra bien… » Oui, pas stress les gens, hein … on est en vacances, nous sommes là pour découvrir. Bon, on ne vous cache pas que c’est très très rapidement que nous avons découvert que « Weak Road » ça voulait dire « Route ultra pourrave, faites demi tour si vous ne voulez pas vous retrouver coincés dans un nid de poule version grand canyon ». Très vite, la route de Carsaig est devenue difficile, la dernière couche de goudron ayant dû être passée sous le règne de la reine Victoria (née en 1819 – morte en 1901  ( C’est important les dates) ). Aussi, voyant Jac qui commençait à s’inquiéter pour l’avenir de la voiture (et de notre famille), je lui ai proposé (telle une fleur douce et naïve),  qu’on fasse demi-tour (vous savez ces propositions agaçantes que font « les autres » quand vous galérez, et bien je crois, avec le recul, que ça en était une !). Ce à quoi il a répondu plus ou moins agréablement : « MiiTTTchKAA tu vois un espace où je pourrais manœuvrer toi ??!!!! » (Aïe, quand il se met à m’appeler MiiTTTchKAA, c’est que la situation risque de s’envenimer …)

Oui effectivement, c’était un peu étroit. (je n’ai pas pris de photo, je crois que le conducteur n’aurait pas apprécié que je m’adonne au tourisme)

Ainsi, dans c’est une ambiance un peu lourde que nous avons rouler 25 ou 30 minutes sur un chemin chaotique pour arriver nulle part. Au bout du chemin, rien. Ni arches (le site est à 3h de marche de là en fait !), ni village. Carsaig c’est une maison du genre manoir paumé avec pelouse nickel au bout du monde ; et un chouïa plus loin, au bas d’une pente à 75°, une petite cabane abandonnée et LE bout du monde !!

Là, on s’est garé pour prendre un bol d’air et nous détendre un instant. C’est pas que nous étions vraiment crispés… mais un peu quand même !

Une fois les esprits apaisés, le bout du monde admiré, nous avons repris la route en sens inverse priant pour que les roues ne nous lâchent pas, là, au milieu de rien. Et c’est avec un soulagement immense que nous avons rejoint la sigle-track road : la une voie principale. Mais comme, j’aime bien les détours (elle est pénible la meuf, hein ?), j’ai insisté pour que nous passions par la route qui longe la côte ouest pour rejoindre Tobermory, annoncée comme une route panoramique. Et, franchement, on a bien fait. C’était extraordinaire. Des paysages exceptionnels, une côte fabuleuse, des vaches, des moutons, en veux tu en voilà … mais une route ultra merdique. Encore !

Et là, bizarrement, après avoir conduis près de 2h, dont une grosse heure (très) en dehors des sentiers battus, et à présent sous la pluie, Jac n’avait plus très envie de s’arrêter tous les 200 mètres pour faire une photo … donc les photos qui suivent ont toutes étaient prises depuis la voiture (et ça se voit sur certaines !!).

Alors arrivé là (ci-dessus), j’ai senti l’angoisse montée en Jac … étant à droite, il ne voyait pas bien « le bord » de la route et c’est sur un ton plus que crispé qu’il m’a dit « Oh Putain, mais y’a un précipice, là, y’a un précipice… »

« Heu… un précipice je n’irais pas jusque là mon cœur … on va dire que la mer n’est effectivement pas très loin » (vous avez noté le « Mon Coeur » : toujours rassurer l’homme qui doute ! )

Franchement, en 15 ans et plusieurs milliers de kilomètres parcourus, je ne l’avais jamais vu se mettre dans un tel état. Les Weak Road : plus jamais ça !!

Bon autant vous dire que quelques kilomètres plus tard, quand l’opportunité s’est présentée de quitter cette route pour reprendre la une voie principale, Jac n’a pas du tout hésité. J’ai donc dit Adieu à la route panoramique… je crois que râler ou insister pour continuer aurait été mal venu… après tout, j’ai qu’à conduire !!

Bref, c’est ainsi que nous sommes arrivés à Tobermoryla « capitale » de l’île (je crois que j’ai vu Jac lâcher une larme quand la route s’est transformée (brièvement) en deux voies peu avant l’entrée de la ville). Après cette journée un peu sportive, on ne pouvait, bien sûr, que se perdre en cherchant notre maison… donc nous nous sommes perdus, nous avons terminé notre route sur un chemin de terre dans une propriété privée où on nous a observé manœuvrer difficilement par la fenêtre ! (je crois qu’ils se moquaient)

Se perdre dans une ville qui comptent 8 rues : check !

Une fois, la carte (format A4) ré-étudiée, nous avons enfin trouvé notre chemin… et notre petite maison (avec 1h30 de retard!! – heureusement qu’on avait 2h d’avance en débarquant à Craignure). Un petit havre de paix sur les hauteurs de Tobermory. Le genre de lieu d’où il est difficile de partir. D’ailleurs, j’ai eu du mal à fermer la porte 3 jours plus tard… mais pour l’heure nous arrivons à peine, et nous sommes heureux.

Même si cette journée ne s’est pas vraiment déroulée comme nous l’avions prévu, elle fut haute en couleurs et chargée en souvenirs ; et puis on en a bien rigolé après … enfin surtout moi 😀 (là, vous voyez, si Jac lisait mes articles, il commenterait en disant un truc du genre  » Mais quelle Garce ! » – à juste titre sûrement … )

Oui, non, notre maison ce n’est pas le manoir devant… c’est la petite maison derrière au fond à gauche, mais elle était très bien aussi !

Depuis notre petite maison …

Wait for it : Des yeux qui pleurent et des moutons à perte de vue - Triptyque, part. 2

Aimer c'est partager !

16 comments
  1. Justine

    Hahaha quelle galère ! J’y vais bientôt, et moi, j’adore les ptites routes bien paumées où il faut piloter pour pas défoncer le bas de caisse. Je suis encore plus contente d’y aller maintenant 😉 Merci !

    1. mitchka

      et bien alors je te conseille la balade jusqu’à Carsaig, niveau route défoncée on fait difficilement mieux : t’as l’embarras du nid de poule !! 🙂

  2. cecile

    Ah bah j’ai bien rigolé merci, ça me rappel de bons souvenirs. Moi aussi je suis la spécialiste pour le « prend la petite route là ça va être superbe » et on fini paumé au fond de je ne sais où sur une route impraticable !! Vivement la suite
    Ps : j’adore la maison et la route panoramique ouh ah trop belle aussi.

    1. mitchka

      si seulement 😉 et sinon pour le soleil, tu ne l’attends pas forcément en Ecosse donc c’est pas grave et puis malgré son absence la lumière est extraordinaire

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)