Loading...
Ecosse

Des yeux qui pleurent et des moutons à perte de vue #IsleOfMull (Triptyque, part.2)

Pour ce deuxième jour sur l’île de Mull, nous avons programmé une sortie en bateau … mais le vent ne semble pas vouloir se poser et, alors que nous sommes déjà prêts pour notre traversée, la balade est annulée… Nous prions donc pour qu’elle puisse avoir lieu le lendemain ; Nounou commençant déjà à chouiner parce qu’elle veut voir des macareux.

Mais si cette sortie en mer avortée est une petite contrariété, autre chose me tarabuste… Le calme …

Vous avez remarqué ces derniers temps, les filles sont bien sages ( si vous n’avez rien remarqué relisez Oban et le 1er triptyque) … et tous les parents le savent quand on n’entend plus rien : c’est qu’il y a un problème !!

Voilà ce qui m’inquiète.

Nounou a retrouvé sa bonne humeur et son entrain dès que nous sommes sortis de Glasgow, son rhume s’étant envolé en arrivant à Oban, elle était en pleine forme et particulièrement agréable : d’où son absence dans mes écrits ( je ne vais pas vous lâcher 1300 signes sur mes enfants modèles – je ne voudrais pas faire de jalouses !).

Mais Joujou, si turbulente et joyeuse en ville, semble bien fatiguée depuis 48h… et ce matin, elle a les yeux qui pleurent, ce qui ne présage rien de bon. En buvant mon café, je capte un geste furtif de sa petite main vers son oreille… elle continue de jouer… mais je passe en mode Scotland Parano (oui, je trouve que ça sonne pas mal « Scotland Parano » : même si ça ne veut absolument rien dire ).  Je le sens : ça va pas…et ce que je sens bien aussi, c’est que Jac pense que je m’inquiète pour rien. Mais je lâche rien et j’insiste.

Il est 9h quand nous apprenons donc que notre bateau restera à quai (et ça tombe bien!!), et alors que Jac est encore au téléphone avec notre capitaine je cherche un cabinet médical sur Tobermory. Coup de bol, il y a un docteur présent tous les matins de 9h à … 10h !

Go go go !!!!!! On enfile nos polaires et on trace.

Bon finalement on attendra jusqu’à 11h … ce n’était donc pas forcément la peine de partir en courant.

Pendant presque 2h, nous poireautons en compagnie des autochtones, tous en tee-shirt (nous aussi nous sommes en tee-shirt sous nos pulls et nos polaires : sont fous ces écossais ! Fait pas plus de 10°C et un vent à décorner un bœufs hongrois – et ils ont des cornes mastocs les boeufs hongrois – cf une photo quelque part par là) et s’émerveillant sur cette belle journée : y’a du soleil, c’est le printemps, sortons les cornemuses, et dansons un French cancan en kilt. Ici, règne la bonne humeur, les vieux de la vieille rient sous cape comme des écoliers, tout le monde s’embrasse et se connaît : y’a pire comme ambiance pour un centre médical.

A 11h, on finit par passer. Le docteur est d’origine lointaine non identifiée, son accent est pire que le nôtre : du coup on se comprend super bien !!

Bref, Joujou a une double otite en commencement (Je ne voudrais pas dire … mais j’avais raison : y’avait bien un soucis !! Bon Jac reconnaîtra ma suprématie parentale – ce qui ne veut pas dire grand chose, mais vous avez compris l’idée, j’suis sûre –  en fin de matinée tout de même 🙂 ), ça c’est moins le kif, et nous sortons avec une ordonnance pour des antibiotiques. Avant de partir nous demandons au docteur le montant de la consultation, il nous répond à côté… alors on va voir la secrétaire, qui ne comprend pas non plus…

Notre anglais est-il vraiment si mauvais ? Nous insistons, et nous finissons par nous faire comprendre (oui on veut payer à tout prix, on est comme ça chez nous !) mais finalement nous sortons sans payer : les consultations sont gratuites en Ecosse (peut-être dans tout le Royaume-Uni d’ailleurs, je ne sais pas). Sur ce, nous allons à la pharmacie d’où nous sortons également sans payer : les médicaments sur ordonnance sont gratuits aussi : God Save the Queen !! (bon enfin, les contribuables paient des impôts pour tout ça, ça va de soit)

Nous rentrons dans notre jolie petite maison, et les antibiotiques à la banane avalés (je souligne, à la banane, parce que c’est pas banal comme parfum pour des médocs, non ?), nous mettons Joujou au lit… et c’est parti pour 3h30 de sieste : la pauvre est carbonisée.

Pendant que tout le monde se repose, j’en profite pour aller me balader dans Torbermory… le ciel est en train de se dégager, il est peut-être temps de sortir les kilts et de danser un French cancan …

Ainsi, accompagnée de quelques rayons de soleil, je suis tranquillement descendue dans le village …

Je n’ai pas besoin d’argumenter sur 12 lignes pour vous faire comprendre que Tobermory est un village adorable, vous l’aurez compris de vous-même, je pense !

Au réveil, Joujou semblait plus fringante, alors on l’a habillé chaudement et nous sommes partis vers le Glengorm Castle, faire une petite promenade… et là, au milieu de milliers de moutons, nous avons certes marché mais surtout nous avons contemplé le Paradis … (ouais, le Paradis, rien que ça !!)

Ce fut donc, malgré les pauvres oreilles de Joujou, une belle journée pleine de douceur ( et de truites (cf le premier article de Jac dédié à la pêche sur Mull ) ) ; mais surtout ce jour là, Nounou est tombée in love… d’une balançoire, son plus beau souvenir ! Oui, oui, oui …

Comme quoi, tu peux offrir le Paradis à tes enfants, tu ne feras jamais le poids face à un portique !

Wait for it : La vie en Macareux (Triptyque, part.3)

Aimer c'est partager !

15 comments
    1. mitchka

      non, on n’est pas des vrais écossais ! ça c’est sûr !! le must ce fut quelques jours plus tard dans le Glen Coe où il gelait la nuit et qu’il faisait un gentil 15 en PLEIN soleil …et qu’on a croisé un mec en débardeur, tong et bière au fin fond de la vallée… c’était les tropiques !! et nous, on était toujours en polaire !!

  1. Virginie C.

    Je connais le problème des otites.. mais ici il ne me donne pas systématiquement des médocs, alors j’y vais que quand il est vraiment mal… (Mère indigne…) et sinon le coin est vraiment Magnifique!

Un commentaire = un gâteau au chocolat (non c'est pas vrai mais laissez nous un petit mot quand même)